Internet

Le service de streaming en direct de Facebook débarque au Maroc

Facebook a lancé sa plateforme payante de live streaming dans 24 pays supplémentaires dont le Maroc. Ce service de streaming a fait ses débuts en août 2020 et permet aux créateurs de recevoir de l’argent pour leurs événements diffusés en direct.


Facebook étend son service payant de live streaming au Maroc. Ce service y fera ses débuts dans les prochains jours. Le réseau social a en effet étendu ce service à 24 pays, dont le Royaume, qui avec l’Afrique du Sud et l’Egypte, sont les trois pays africains choisis par le géant technologique américain pour tester le succès de son service de streaming qui permet aux créateurs de contenus de faire payer les abonnés. Depuis son lancement en août 2020, le service n’était disponible que dans quelques pays.

Lire aussi|50 femmes qui comptent : Aziza Rimane, Directrice du Département Juridique de Bank Al-Maghrib

Au Maroc où les podcasts et autres nouveaux formats de diffusion gagnent du terrain, ce service pourrait connaitre du succès auprès notamment des influenceurs qui génèrent essentiellement des revenus grâce à la publicité. A en croire, Facebook, le nombre de créateurs de contenus gagnant l’équivalent de 10 000 dollars par mois, sur la plateforme, a augmenté de 88 % en glissement annuel, tandis que le nombre de ceux qui gagnent 1 000 dollars sur une base mensuelle a grimpé de 94 %. Logique que le réseau social explore de nouveaux horizons de monétisation, portant notamment sur les vidéos courtes et les publicités in-stream dans les directs. A noter que jusqu’au mois d’août dernier, Facebook ne percevra aucun revenu pour les fonctionnalités de ce service permettant de monétiser les abonnements.

Lire aussi|Établissements de crédit : adoption d’un projet de loi pour renforcer la supervision des groupements financiers et de la protection du consommateur

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Décryptage » de radio MFM

Article suivant

Dématérialisation de la déclaration provisionnelle en douane : les opérateurs obtiennent un délai supplémentaire