Spécial SIAM 2016

Le SIAM, le RDV incontournable pour le business agricole

Avec une ambition des plus affichées, les professionnels ont tenté de gagner la confiance des exposants pour tisser des partenariats d’affaires, renforcer leur portefeuille clients et prospecter de nouveaux marchés, sachant qu’une soixantaine de pays ont été présents à ce grand rendez-vous qui s’affirme d’année en année, comme le plus important forum d’Afrique et du monde arabe dans le domaine agricole.  par Reda Bensaoud


1 million de visiteurs, pas moins de 1200 exposants représentant quelque 63 pays, le 11ème Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), qui s’est tenu à Meknès du 26 avril au 1er mai fait mieux que ses précédents (1090 exposants, 59 pays et près de 817.000 visiteurs) et bat tous les records. Une manifestation d’envergure mondiale qui offre de réelles opportunités commerciales en mettant tout en œuvre pour générer aux différents partenaires, sponsors et exposants, un retour sur investissement important. En effet, les professionnels ont commencé à envahir, dès le premier jour, les principaux stands du Salon à la recherche d’opportunités d’affaires et de commandes. Les professionnels, avec une ambition des plus affichées, ont tenté de gagner la confiance des exposants pour tisser des partenariats d’affaires, renforcer leur portefeuille clients et prospecter de nouveaux marchés.
Le pôle « machinisme » a tenu ses promesses comme à l’accoutumée. En effet, ce pôle réalise la plus grande part des transactions, de chiffre d’affaires et de commandes, suivi du pôle « produits de terroir ».
Tout au long de la durée du Salon, les vendeurs de matériels agricoles ont tenté d’enregistrer un chiffre d’affaires des plus importants. Avec une gamme variée d’équipements, les sociétés présentes ont pu répondre au mieux aux besoins des fellahas qui attendent cette occasion pour l’acquisition de matériels agricoles à des prix promotionnels et ce, malgré une année agricole plutôt médiocre. La gamme de tracteurs et de matériels d’accompagnement offerts aux agriculteurs a été élargie et adaptée à leurs besoins, afin d’augmenter le rendement de leurs cultures et d’améliorer la rentabilité de leurs exploitations agricoles. Les volumes de ventes demeurent toutefois insuffisants par rapport aux besoins du marché, étant donné que le taux de mécanisation des exploitations agricoles reste en deçà de celui des exploitations des pays voisins et des recommandations internationales.

Les coopératives se frottent les mains.
Compte tenu de sa vocation agricole pluridimensionnelle, le SIAM permet aux coopératives participantes de réaliser entre 65 et 75 % de leurs chiffres d’affaires annuels au cours du Salon, de développer leurs portefeuilles clients et de prospecter de nouveaux partenaires et marchés pour commercialiser leur production. Entre miel, huile d’olive et d’argan, plantes médicinales et aromatiques, dattes, henné, épices, couscous artisanal, les visiteurs ont eu l’embarras du choix d’opter pour tel ou tel produit certifié bio. Les exposants rivalisent par les emballages et la pureté de leurs produits, chacun certifiant avoir la meilleure qualité. C’est ainsi qu’une forte prise de conscience s’est opérée au niveau du design des packagings, contribuant également à la dynamique commerciale typique du salon, outre la grande diversité des produits commercialisés lors de cette grand-messe agricole d’envergure internationale.

12 entreprises Emiraties au SIAM

Les Emirats Arabes Unis, pays à l’honneur de la 11è édition du SIAM ont porté le flambeau d’une coopération économique distinguée tissée entre le Maroc et les pays du Golfe. Lors de cette messe agricole internationale, le pavillon des EAU qui est organisé par l’Autorité de contrôle alimentaire d’Abu Dhabi (ADFCA), a connu la participation de 12 entreprises spécialisées dans le domaine agricole et de l’industrie alimentaire. Ainsi, les EAU sont venus capitaliser sur les expériences qui se sont cumulées au cours des éditions précédentes du Salon, et ce, dans plusieurs domaines d’activité, contribuant par conséquent à la promotion des échanges et des bonnes pratiques dans le domaine agricole.
Les échanges extérieurs bilatéraux ont connu un réel bond, passant de quelque 300 millions de dirhams en 2000 à près de 4,1 milliards DH en 2014. En dehors des investissements étrangers, les Émirats Arabes Unis (EAU) constituent le 3ème investisseur étranger au Maroc et le 1er parmi les pays arabes.

60 millions d’euros pour soutenir les TPME rurales

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) réaffirme son engagement en faveur du financement des PME de transformation et des TPME rurales. En effet, GCAM et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé, en marge de la 11e édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM), une convention de 60 millions d’euros (soit environ l’équivalent de 660 millions de DH). Il s’agit de la 3ème ligne de crédit que l’AFD met à disposition du GCAM, après les deux autres intervenues en 2013 et 2015 affectées spécialement pour le financement des petites exploitations agricoles.
Cette nouvelle ligne de crédit est principalement dédiée au financement des PME de transformation et des TPME rurales. Elle vient, ainsi, renforcer la stratégie globale du GCAM relative au marché des entreprises, notamment en milieu rural, et s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement financier de la phase – 2 du Plan Maroc Vert par le GCAM.
Le Crédit est couplé à une subvention de 500 mille euros qui sera gérée par le Centre d’Etudes et Recherches du Crédit Agricole du Maroc (CERCAM), en particulier pour l’élaboration d’une stratégie spécifique à la TPME rurale et à la mise en place d’un dispositif d’expertise et d’accompagnement non financier de la TMPE rurale, axé sur le renforcement des capacités de gestion.

 
Article précédent

Habib Essid, Premier ministre tunisien

Article suivant

Les call centers marocains dans la panade sur le marché français