BTPFlash-eco

Le spécialiste de l’assainissement Saabe vit ses dernières heures

Décidément, gérer directement une PME est souvent bien délicat que de piloter un fonds d’investissement, quand bien même celui-ci n’investirait que dans des PME !


Et cela, les gourous du capital investissement au Maroc n’en finissent pas de l’apprendre à leurs dépens.

Aussi, après plusieurs échecs retentissants de reprises de PME à titre majoritaire par des fonds d’investissement interventionnistes en matière de gestion (Indusalim C&P, Saiss Lait, Intex Compagnie…), c’est au tour de Saabe, une PME qui opère dans le domaine du BTP, d’être au bord de la faillite après avoir été reprise en 2014 par Kacem Bouanani, un ex-patron de fonds d’investissement.

En effet, après avoir quitté le groupe FinanceCom, ce dernier avait jeté son dévolu, en compagnie d’autres investisseurs, sur cette PME qui opère depuis plus d’un demi-siècle et particulièrement dans le segment des travaux d’assainissement, d’eau potable, de voirie et d’aménagements extérieurs.

Au lendemain du rachat de Saabe auprès de ses actionnaires historiques par Bouanani et consorts, un plan de restructuration avait été mis en place ayant pour objectif une diversification des clients et un meilleur équilibre entre le public et semi-public, d’une part, et le privé d’autre part.

Mais dès 2016, l’entreprise a dû faire face à une contraction drastique de ses commandes, relayée par d’énormes difficultés financières que les nouveaux actionnaires dirigeants n’ont, hélas, pas pu juguler. Depuis, s’ensuivit une série de saisies exécutoires et de ventes aux enchères au détriment de la société, avant qu’une liquidation judiciaire ne vienne sonner le glas de la fin.

Au demeurant, Saabe, une entreprise qui a plus d’un demi-siècle d’existence et qui avait participé durant les années 70, 80 et 90 à la construction de projets emblématiques (tels certains tronçons sensibles du réseau d’assainissement de Casablanca), est en train vraisemblablement de vivre ses dernières heures malgré une ultime reprise qui avait suscité beaucoup d’espoirs.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Obligations des étrangers : le rappel à l’ordre de la DGI

Article suivant

La BERD expose ses réalisations au Maroc