Auto

Le Toyota Rav 4 fait peau neuve

Réaffirmer avec force sa légitimité dans le segment des SUV, tel est le leitmotiv de Toyota avec le nouveau RAV4. Une quatrième génération qui débarque avec force d’arguments et d’ambitions, l’objectif étant de briller de nouveau sous le feu des projecteurs.


Dire que Toyota fut à l’origine de la démocratisation du segment des SUV (Sport Utility Vehicule) est la stricte vérité.  Préciser qu’au fil du temps, la marque japonaise s’est fait rejoindre par de nouveaux concurrents plus agressifs  est aussi exact. C’est en 1994 que cette aventure prometteuse débuta avec le fameux RAV4 (Recreational Active  Vehicle), véhicule actif de loisir pour les intimes muni de quatre roues motrices. Un concept qui a marqué son époque, y  compris dans le Royaume, la clientèle l’ayant accueilli à bras ouverts. Sauf qu’au fil du temps, cette dernière ne sait plus vraiment où donner de la tête (et du portefeuille !) tant le segment s’est élargi en de multiples catégories tout aussi  alléchantes les unes que les autres. Dans ce dédale d’offres, Toyota a pu mener tant bien que mal sa barque, mais n’a pu  contenir l’originalité et la multiplicité ou sinon proposer des modèles tout aussi originaux que ceux de la concurrence. Pour autant, la bataille continue et  pour cette quatrième mouture du Rav4, Toyota s’étant attelé à faire preuve d’originalité dans de multiples domaines, histoire de rester toujours dans le coup. 

Du style 

L’habitacle plus spacieux et plus confortable est associé à un poste
de conduite au dessin horizontal pour plus d’ergonomie.

Pour ce qui est du style, le RAV4 s’inspire  du nouveau visage de la marque déjà aperçu au Maroc sur la dernière Yaris, et plus récemment en Europe sur la  nouvelle Auris dont la commercialisation interviendra dans quelques mois chez nous. Un physique plus athlétique  et plus robuste dirons-nous, qui sied  parfaitement aux attentes stylistiques de la clientèle. Plus long (+205 mm), plus  large (+30 mm), mais plus bas (- 25 mm) que son prédécesseur, cette nouvelle mouture fait la part belle à l’espace et  à la convivialité. La banquette arrière rabattable en proportion de 40/60 offre un bon confort et une bonne assise.  Allongé de 23 mm, le compartiment de chargement a été agrandi, dégageant désormais un volume plus intéressant de 547 litres avec sous le plancher un espace de rangement supplémentaire de 100 litres. Banquette rabattue, la capacité de chargement atteint désormais les 1776 litres. Par ailleurs, un nouveau hayon relevable, à manoeuvre électrique en option, remplace l’ancienne porte à battant. A noter que l’habitacle hérite  de matériaux qualitatifs, l’ensemble se voyant bien assemblé et bien fini. 

Des aides précieuses 

Trois versions à quatre roues motrices sont disponibles lors de la phase de lancement. Elles seront
épaulées par deux autres versions deux roues motrices à partir de septembre prochain.

Côté motorisations, Toyota Du Maroc,  l’importateur local de la marque, a pris soin de n’importer que du diesel. On dénombre le 2,0  litres de 124 chevaux qui anime la version deux roues motrice et dont la commercialisation débutera courant  septembre. En attendant, c’est sur le 2,2 D4-D de 150 chevaux que reposent les attentes de l’importateur,  un bloc réputé pour son dynamisme et pour ses consommations appréciables. Il animera la version quatre-roues  motrices (4X4). De nombreuses aides à la conduite viennent épauler le conducteur au quotidien. Ainsi, le RAV4 ne va pas  rechigner à arpenter les pistes et les terrains pentus grâce à son assistance de conduite en descente (Downhill Assist).  

Il dispose aussi d’une aide au démarrage en côté (Hill Start Assist) sans oublier le système TRC (Traction control). La  sécurité passive n’est pas oubliée avec la présence de sept airbags. A-t-il ses chances de pérenniser dans le Royaume le succès de ses prédécesseurs ? Il est vrai qu’en matière d’offres commerciales, on  ne sait que choisir, pour autant le RAV4 a toujours pu compter sur sa côte de popularité qui a fait recette. Bien équipé  et affiché à un tarif plutôt compétitif comparé à celui de la concurrence, il pourra avoir toutes ses chances de percer  de nouveau en terre marocaine. ■ 

 
Article précédent

Visite royale en Afrique: bilan exceptionnel

Article suivant

La sélection nationale ou l'art de s'enfoncer