Interview

« Le transfert de notre branche Services à NTT s’effectue dans la légalité »

Voilà une année que l’américain Dell a cédé sa branche Services au japonais NTT Data, une branche de la multinationale Nippon Telegraph and Telephone pour près de 3 milliards de dollars. Ce sont 217 salariés de Dell Maroc qui sont concernés par cette opération et passeront officiellement dans le giron du groupe japonais dès le 6 mars prochain. Inquiets, ils ont multipliés les sorties dans les réseaux sociaux. De son côte, Ahmed Khalil, PDG de Dell Maroc, rassure que tous leurs avantages contractuels et non contractuels seront préservés.


Challenge.ma : 217 employés de Dell Maroc sont montés au créneau pour dire que leur entreprise cherche à se débarrasser d’eux en cédant sa branche Services à la multinationale japonaise Nippon Telegraph and Telephone (NTT Data). Qu’en est-il exactement ?

Ahmed Khalil : Il ne faut pas utiliser le mot « débarrasser ». C’est au niveau mondial que la compagnie Dell a cédé des activités à une compagnie multinationale spécialisée dans le service d’ingénierie informatique et qui emploie plus de 100.000 personnes. Aujourd’hui, nous avons consulté 7 avocats qui disent tous la même chose : qu’en pareille circonstance, c’est l’article 19 du code du travail stipulant un transfert automatique du personnel qui doit prévaloir. Mais parmi les employés, certains estiment qu’il ne doit pas y avoir de transfert automatique et que la disposition du code du travail relative à l’article 19 ne doit pas être appliquée. C’est le désagrément que nous avons avec eux.

Dell est une multinationale qui dispose de départements juridiques au Maroc, en Europe et aux États-Unis qui discutent ensemble et mandatent des avocats au niveau du Maroc pour expliquer selon la loi marocaine. Ce n’est pas fortuit si nous avons pris le soin au préalable de consulter plusieurs avocats. C’est justement pour ne pas se contenter d’une seule voix.

Selon ces employés, ce qui les inquiète surtout ce sont les conditions de ce transfert d’activité au Maroc ? Y-a-t-il vraiment de quoi s’inquiéter ? Quelles sont d’ailleurs ces conditions ?

Notre département ressources humaines va transmettre aux employés la semaine prochaine un document annonçant le démarrage effectif de l’activité de NTT Data.

Tous les avantages contractuels seront préservés, à savoir les salaires, les anciennetés, les primes… Idem pour les avantages non contractuels, notamment la salle de sport, la cantine, les conventions avec d’autres entreprises… Les employés concernés pourront même le constater d’eux d’eux-mêmes puisqu’ils vont rester au moins 18 mois dans les sites de Dell, le temps nécessaire pour muter les locaux au nom de la nouvelle société avec l’accord de Casanearshore pour éviter que le contrat de location ne se transforme en sous-location. En effet, Casanearshore, propriétaire du site, a signé un bail de location à durée non indéterminée au nom de Dell. En attendant de régler tout cela avec le propriétaire des lieux, nous allons garder ces employés pendant au moins 18 mois. Il faut savoir que NTT est une société qui veut grandir et qui ne s’intéresse pas uniquement au marché marocain. Elle a des ambitions pour les marchés européen et américain… et pourrait transférer du jour au lendemain plusieurs postes clés au niveau Maroc, et augmenter par ricochet l’effectif… NTT veut déjà démarrer, voir la compétitivité, commencer à investir et bien entendu s’installer à Casanerashore après les 18 mois.

Dell serait-elle en mesure de garantir que tous les avantages des employés concernés par cette opération seront préservés par NTT Data ?

Le fonctionnement que nous avons opéré est que nous avons envoyé le document des avantages à travers notre département des ressources humaines. Nous avons eu une communication avec le vice-président de NTT et il a confirmé que les avantages seront préservés. Comme je l’ai dit tantôt, les employés pourront constater cela à partir du premier mois à travers les bulletins de salaire.

Ces employés justifient leurs craintes par le fait qu’une opération de cession précédente d’une partie des activités de Dell Maroc à la multinationale Sutherland. Selon eux, les employés concernés à l’époque ont par la suite perdu une partie des avantages acquis chez Dell et de leur ancienneté. Que dites-vous ?

Je le confirme encore une fois, ils n’ont pas perdu leur ancienneté. Sur le bulletin de paie, Dell précise le nombre d’années travaillées (le nombre légal) et le nombre d’années cumulées. Dans le système de Sutherland, une ancienneté de 5 ans est une ancienneté de 5 ans. Dans le cas des salariés qui ont rejoint dans un cadre légal Sutherland, ils ont été payés par rapport à l’ancienneté qu’ils avaient chez Dell. Pour justifier que Sutherland n’est pas un échec, dans les communications d’il y a deux ans, on dénombrait 68 personnes. Aujourd’hui, ils sont 155. Cela veut dire que nous avons continué à accroître ce département et aujourd’hui c’est un département qui est toujours à Dell. Mais Sutherland est différent parce qu’il s’agit d’une sous-traitance et non pas d’une vente. Sutherland a ainsi donné le choix aux employés, soit l’indemnisation, soit l’intégration en son sein.

Dans le cas de NTT, il s’agit d’une vente donc l’article 19 s’applique et les salariés se voient dans l’obligation de d’intégrer la nouvelle entreprise parce qu’ils gardent le même job avec le même statut.

Quand est ce que la cession sera-t-elle effective ?

La cession a déjà été faite. Le passage effectif au Maroc sera effectif le 6 mars prochain. Plusieurs pays concernés par cette opération ont procédé par étapes parce qu’ils ne peuvent pas tout faire d’un seul coup. Ce sont des projets énormes. Le Maroc est aujourd’hui dans la phase du 6 mars.

Peut-on aujourd’hui affirmer que les ambitions de Dell au Maroc sont intactes ?

Bien sûr que nous croyons au Maroc. Je vais participer à la réunion annuelle de Dell à Las Vegas à partir de ce week-end. Avec le rachat d’EMC par Dell, mon déplacement va servir à faire encore plus de faire du lobbying. Je vais ainsi m’entretenir avec les vice-présidents et voir comment les convaincre à investir encore plus au Maroc. Aujourd’hui, Dell est présent dans le Royaume de deux façons : en tant que Dell pour supporter l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique et en tant que Dell EMC.

 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

CIH Bank lève le voile sur le nom de sa banque participative

Article suivant

Arrivée de SM le Roi en Côte d'Ivoire