Consulting

Le tunisien Fininfo Solutions se lance au Maroc

La startup tunisienne Fininfo Solutions s’implante au Maroc. En effet, ce nouvel acteur de la transformation des entreprises vient de créer une filiale basée à Casablanca et dénommée Finsof.


Le projet de cette nouvelle entité créée avec d’éminents partenaires locaux consiste à développer et commercialiser une suite logicielle de gestion qui intègre des fonctionnalités essentielles pour les métiers de la finance, la comptabilité et la fiscalité.

Lire aussi | La CGEM crée une nouvelle fédération

Dirigée directement par le fondateur et président du groupe Fininfo Solutions, en l’occurrence Fares Naiet El Gaied, Finsof comptera aussi sur l’apport technique et relationnel de ses deux actionnaires marocains, qui comptent parmi les experts comptables les plus reconnus au Maroc. Il s’agit de Mohamed Hdid et Mohamed Boumesmar qui détiennent 35% du capital pour chacun d’entre eux. Fondateur du cabinet Hdid & Associés, le premier est un membre très actif au sein de la CGEM dans laquelle il a occupé des fonctions importantes, notamment à la tête de la Commission Fiscalité. Il préside, par ailleurs, à la Fédération Internationale des experts-comptables et commissaires aux comptes francophones (FIDEF). Quant au deuxième actionnaire marocain, également très connu dans le milieu de l’entreprise, il est fondateur du cabinet Audicis. Depuis deux ans, il se distingue en tant qu’expert du nouveau régime des OPCI, dont il est devenu un des analystes et vulgarisateurs les plus écoutés.

Lire aussi | Le groupe AMA Détergents investit 40 MDH dans les produits d’hygiène en papier

Dans un premier temps, Finsof adaptera légèrement au marché marocain les produits déjà développés par son actionnaire de référence tunisien Fininfo Solutions, pour une commercialisation rapide dès 2021. Le développement de solutions par la filiale marocaine n’est pas à exclure dans un avenir proche. Rappelons que Fininfo Solutions accompagne ses clients, de la métamorphose évolutive de la stratégie à la mise en œuvre technologique, en mettant à leur disposition des technologues et des experts de la digitalisation (MOA, MOE, QA…). Un marché en plein essor au Maroc, bien avant le Covid-19 et auquel la crise sanitaire actuelle vient imprimer une accélération indéniable.

 
Article précédent

Hommage à Jean-Louis Servan-Schreiber

Article suivant

Programme « Tayssir » : le paiement des bourses digitalisé