Industrie

Le tunisien Proclean débarque au Maroc

Confrontées à l’étroitesse de leur marché domestique, les PME tunisiennes continuent à déployer leurs ailes au Maroc.


En effet, après Sancela, OneTech, Land’Or et Servicom pour ne citer que ceux qui y ont déballé leur baluchon au cours des dernières années, c’est au tour de Proclean, le spécialiste des produits d’hygiène industrielle et professionnelle de créer une filiale au Maroc. Dénommée Promaclean, cette nouvelle entité basée à Casablanca ambitionne de commercialiser les produits phares de sa maison mère tels ceux de l’hygiène de la ferme (notamment pour élevage de bovins et élevage avicole) ou encore l’hygiène pour activités agroalimentaires (industries laitières, conserveries, boissons, matières grasses…) où Proclean y propose depuis plus de dix ans des solutions pour l’hygiène des surfaces, des circuits, de l’ambiance, du personnel, ainsi que la lubrification des convoyeurs. Il faut dire qu’avec une forte croissance et des exigences sanitaires de plus en plus rigoureuses, le marché marocain agroalimentaire est devenu très demandeur de ce genre de produits que Proclean fabrique dans son unité de La Soukra (banlieue nord de Tunis).

Pour l’instant, Promaclean est en plein recrutement de technico-commerciaux pour couvrir le territoire marocain et toucher les grands éleveurs et opérateurs agro-agricoles. Dans un premier temps, cette première filiale de Proclaen en dehors de la Tunisie y développera une activité purement commerciale avant de se prononcer sur l’opportunité d’y implanter ou pas une unité industrielle. L’adhésion du Maroc au marché de la CEDEAO pourrait être un déclencheur d’une telle mue vu que la problématique de l’hygiène industrielle y est encore plus accrue et le potentiel, par ricochet, autrement plus important.

Rappelons que Proclean commercialise plus de 200 références de produits et d’équipements pour le nettoyage et la désinfection industriels. Son catalogue comprend, outre l’hygiène, des produits de maintenance industrielle multi-usages (antiadhérent, dégrippant, anti-usure…).

 

 
Article précédent

Lancement vendredi de la commission nationale de la commande publique

Article suivant

Évolution de la dette extérieure publique : plus 42 milliards de DH