Les chroniques de Jamal Berraoui

L’écologie, une préoccupation universelle

Les élections municipales en France ont livré leur verdict, les verts ont remporté la majorité des métropoles. C’est un véritable séisme politique, mais il faut analyser plus finement ces résultats. Les écologistes n’ont percé que dans les grandes villes, et ce n’est pas pour des raisons sociologiques.


Ce vote urbain, massif, est la conséquence directe de la pollution dans les grandes villes. La prise de conscience de la mauvaise qualité de la vie dans des cités où l’air est vicié, les agressions sonores multiples, est un fait. Dans les petites villes, ces phénomènes n’existent pas, le message écolo est donc peu recevable, surtout quand il s’attaque à la voiture, alors que les gens n’ont pas d’autres possibilités de mobilité. Ce phénomène n’est pas purement français. Rien ne prouve scientifiquement qu’il y a un lien entre la déforestation et le Covid-19. Mais la séquence a mis la question de l’environnement au centre des débats, pas au Maroc malheureusement.

Lire aussi | Covid-19 : le virus détecté dans des eaux usées à Barcelone depuis 2019

Il faut produire autrement, construire autrement, organiser les transports autrement, utiliser d’autres énergies. C’est tout simplement un nouveau modèle à inventer et à mettre en place. Le plus difficile sera d’assurer l’efficience de ce nouveau modèle pour sauvegarder la cohésion sociale et financer la protection. Au-delà des discours, il faudra y réfléchir. La décroissance est une impasse et considérer que des milliards d’humains vont changer de mode de consommation le mois prochain est fantaisiste.

Lire aussi | Coronavirus : faut-il s’inquiéter de la multiplication des clusters au Maroc ?

Par contre, la pédagogie, l’éducation aux impératifs écologiques sont nécessaires, parce que la responsabilité individuelle est essentielle à ce changement de paradigme. Au Maroc, on est très loin de ce débat. On continue à détruire des espaces forestiers, pour construire des résidences qui sont inoccupées onze mois par an. Les municipalités autorisent des activités polluantes dans des quartiers résidentiels. Le ramassage des ordures est problématique, le triage n’est même pas envisagé, c’est tout simplement dramatique.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Live. Coronavirus : la situation au Maroc, lundi 29 juin à 18h

Article suivant

Ahmed Akhchichine : "Dans cette crise, les régions ont pris l’option d’aller là où l’Etat ne peut pas aller en termes d’intervention"