Commerce

L’économie mondiale en berne

L’Observatoire du Commerce Internationale vient de tenir sa 7ème édition, sous le titre « Perspectives économiques mondiales 2020 », le 28 novembre 2019, à Casablanca.


Tawfik Benzakour, directeur général d’Euler Hermes ACMAR, a, dès le début de cette rencontre, rappelé le mot d’ordre qui a donné naissance à l’Observatoire, en 2012 : « Partage et ouverture ». En fait, l’organisation de ces rencontres constitue un mode de gouvernance entrepreneuriale consciemment adopté, où l’observation de l’environnement interne et externe doit permettre à toute entreprise de développer constamment ses capacités d’adaptation, d’évolution, voire de renforcer son leadership aux niveaux national et international.

Wilfried Verstraete a d’ailleurs, en quelques mots, décrit le poids et l’importance d’Euler Hermes, une entreprise internationale avec 6.000 collaborateurs dans le monde et une implantation dans 50 pays représentant 92% du PIB mondial. 20.000 demandes de crédits sont traitées par jour dans le monde. Au Maroc, où l’entreprise a 25 ans d’expérience, elle est devenue l’un des premiers assureurs, avec une moyenne de croissance annuelle de 10% et un taux de renouvellement des contrats de 94%.

Le mot clé utilisé par Alexis Garatti, directeur de la recherche macro-économique est « incertitude » pour résumer l’état actuel de l’économie mondiale. En effet, la décélération du commerce international observée ces dernières années est due à plusieurs facteurs dont le retour du protectionnisme, les risques de surproduction face à l’affaiblissement de la demande et la baisse de la croissance (1,7% en Union européenne, en 2020).

Les politiques monétaires des Etats ont atténué les effets de cette tendance. Il ne s’agit pas de brosser un tableau noir pour saper la confiance, indispensable au fonctionnement de l’économie de marché, mais de scruter la réalité économique et la décrire le plus objectivement possible pour permettre aux différents acteurs économiques et politiques de mieux se préparer, mieux anticiper, et mieux orienter leurs décisions aussi bien au niveau stratégique que sur le plan opérationnel.  

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

AliPay débarque au Maroc

Article suivant

CGLU Monde : Le couronnement de la stratégie d’internationalisation des élus marocains