Elle fait l'actu

Leïla Mezian Benjelloun encourage l’enseignement du mandarin au Maroc

Une convention de partenariat a été signée, mardi, entre la Fondation BMCE Bank pour l’Éducation et l’Environnement et l’Institut Confucius de Tanger-Université Abdelmalek Essaâdi, visant à enseigner le mandarin aux élèves d’une école de la région de Tanger.


Ce nouveau partenariat, signé par la présidente de la Fondation, Leïla Mezian Benjelloun, en présence de la conseillère et épouse de l’ambassadeur de Chine au Maroc, Zhao Jiangping, du président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, Mohamed Errami et de l’administrateur de la Fondation, Brahim Benjelloun, permettra à l’école de Bougdour, dans la préfecture de Tanger-Assilah, de bénéficier de cours de mandarin en présentiel pour la 5ème et la 6ème année du primaire.

La signature de cette convention intervient suite à la visite effectuée par Zhao à l’école de Bouskoura, pionnière dans l’enseignement du mandarin à l’école primaire au Maroc. L’école dispense des cours de cette langue aux élèves de la 5e et 6e année et récemment de la 4e année, en présentiel pour Bouskoura ou à distance pour deux écoles du Réseau Medersat.com de la province de Nador, et ce depuis 2014.

La convention entre la Fondation et l’Institut Confucius de Casablanca, Université Hassan II, signée en 2014 a permis de faire profiter les écoles de Nador, géographiquement éloignées des Instituts, du matériel de visioconférence offert par l’Ambassade de Chine. De son côté, la Fondation a inscrit, pendant les deux dernières années, les deux meilleurs élèves sortis du Réseau à des cours à l’Institut, les préparant à un séjour linguistique à Shanghai. S’exprimant à cette occasion, Mezian Benjelloun a mis en avant l’importance de cette convention, qui vient illustrer l’excellence et la pérennité du partenariat, scellé en 2014, entre la Fondation et l’Institut Confucius.

« Nous avons décidé ensemble que l’enseignement du mandarin puisse être dispensé dans les écoles de la Fondation, là où se trouve l’Institut Confucius », a-t-elle indiqué, ajoutant que le choix de l’école Medersat.com de Bougdour, près de Tanger, s’explique par l’ouverture récente de l’Institut Confucius dans la ville du Détroit.

« L’enseignement du Mandarin dans notre école de Tanger aura une longue portée » en perspective de la construction de la ville industrielle Cité Mohammed VI Tanger Tech, qui est en cours de développement grâce au partenariat maroco-chinois, a-t-elle mis exergue, soulignant que l’enseignement de cette langue à de jeunes élèves issus de milieux défavorisés et de douars enclavés, leur permettra de s’ouvrir sur la culture d’une des deux grandes puissances économiques au monde.

Face au succès qu’a eu l’enseignement du mandarin, et devant l’intérêt que développent les enfants pour la culture chinoise, la présidente de la Fondation BMCE Bank pour l’Éducation et l’Environnement a exprimé son souhait d’étendre ces cours à d’autres écoles ainsi qu’à d’autres niveaux, notamment du collège.

Selon la Fondation, un projet verra le jour prochainement dans ce sens, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale.

En sus de l’enseignement de la langue, la Fondation et l’Institut Confucius célèbrent chaque année le Nouvel an chinois, en organisant un spectacle destiné aux enfants qui découvrent le chant, la danse, les arts martiaux, la calligraphie et beaucoup d’autres aspects de la culture chinoise.

 
Article précédent

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

Article suivant

PwC: Le Maroc et la Tunisie abritent les Fintechs émergentes d’Afrique du Nord