Tribune

L’Energie de la honte

Nous  avons  vu  dans  les  publications  précédentes,  l’implication  de  la France  dans  l’élaboration  des  lois  dans le domaine de l’énergie  au  Maroc, par le biais de Traktebel , dans  le  cadre  d’un  rapport  intitulé  :  processus  de  révision du  cadre  légal  de  l’autoproduction. En  clair,  c’est  la  France  qui  fait  les lois  de  l’énergie  au  Maroc.


Nous  avons  également  vu  comment  a  été  élaborée  la  loi  13/09 relative  aux  énergies  renouvelable. Elle  dit  quoi ? Tout  développeur doit  produire  en  haute  tension,  injecter  dans  le  réseau de l’ONEE,  et alimenter  un  consommateur  haute  tension,  soit  une  quarantaine  de clients  ONEE,  et  bien  évidement  exclure  plus  de  99,999  %  des  clients  moyenne  tension,  car les  plus  importants  d’entre  eux  :  Casablanca,  Rabat,  et  Tanger  sont  distribués  par  Lydec, Redal,  et  Amendis. Nous devons  protéger  nos  intérêts,  si  ces  clients  bénéficient  des  énergies renouvelables,  notre  chiffre  va  accuser  une  très  forte baisse,  et  on  n’est  pas  là  pour  ça. C’est ce que vont  dire  les Français ! Des  projets  privés  ont été  développés. J’ai  été personnellement co-développeur  en  2008  du  projet  éolien Khalladi  de  120  MW  à  Tanger,  et  maintenant  on  arrive  à  la  saturation  des  besoins  des quarante  malheureux  clients  de  l’ONEE  en  HT/THT. Tous  les  projets  sont  à  l’arrêt,  et on envoie balader  à  travers  le  ministère  de  l’énergie  marocain,  tout  investisseur  national  ou  étranger. Des  voies  s’élèvent  pour  demander l’ouverture de  la  moyenne  tension,  et  on  sort  un  projet  modifiant  et complétant  la  loi  13/09.

Lire aussi| Moncef Slaoui nommé directeur scientifique de Centessa Pharmaceuticals

Voici ce que  dit  le  projet  de  loi 58/15 dans  son  article 5  :  Les énergies renouvelables  peuvent  être  connectées  au  réseau  national  (basse  tension,  moyenne tension,  ou  haute  et  très  haute  tension), et  vous  pouvez  vendre  l’excédent  de  20%…  Êtes-vous  contents ? Au  Maroc,  vous  voulez  autoproduire  comme  tout  le  monde.  Aucun  souci. On  va  vous  faire une  loi  d’autoproduction  (Traktebel) qui  va  vous  faire  regretter  l’investissent dans  les énergies  renouvelables  :  Vous  ne  pouvez  échanger  avec  le  réseau  que  10%  au  lieu  des  100% que  nous  accordons  à  nos  citoyens  français. Et  on  ne  parle  plus  de  20%  à  vendre,  c’est  10%. D’ailleurs, celui  qui a écrit  20%  dans  la  loi  58/15  a  été  viré.  C’est  à  prendre ou à  laisser. Et si jamais vous augmentez la puissance, c’est la  prison. Est-ce que je me fais  bien  comprendre ? Maintenant, avant de sortir les décrets d’application de la nouvelle loi  58/15  que  vous attendez depuis  2016, et qu’on ouvre le réseau Basse et moyenne tension tant protégé durant  des année au profit de nos distributeurs français, je vais  vous  dire  la  suite  des événements.  

On va  vous sortir  une  belle  loi  d’autoproduction  basse  et  moyenne  tension  qui  ne vous  laissera  aucune  chance  d’investir dans les énergies renouvelables.  C’est Traktebel,  filiale  de  Engie,  qui  va  vous  faire cela.  Vous  entendez  ?  On va  vous  mettre  en  place  notre  développeur  français  Qair,  qui va  développer  une puissance  qui fera le  double  des  projets  solaires  Noor  1.2.3.4,  dans lesquels vous avez  laissé  toutes  vos plumes,  soit  1000  MW composée  de  photovoltaïque  qui  va  nous  coûter entre 0,12  et 0,14 Dh/kWh,  et de l’éolien entre  0.3  et  0.35  Dh/kWh. Nous allons vous  faire  une  petite remise  sur  votre  prix  du  kWh  industriel.  Vous  l’aurez  à  un  prix  d’ami soit entre  0,70 Dh/kWh  et  0,85  Dh/kWh,  et  nous allons, de notre côté,  nous  sucrer  avec  0,5  Dh/kWh  de  marge,  mieux que  ce  qu’on  a  en  tant  que  distributeur  à  Rabat,  Tanger,  et  Casablanca.

Il  faut  donner  le  temps à Qair  de préparer  son  offensive  sur  le  marché  marocain,  et  même  avant  la  sortie  du  décret d’application,  dont  les  décisions  doivent  réconforter  Qair  dans  son  business model, afin  de  rafler  tous  les  contrats  moyenne  tension  !  Et après,  on  va  rentrer  et  fermer  la porte  de  l’intérieur. On ne sait jamais, un opérateur marocain  peut avoir la même idée… Est-ce que vous êtes toujours satisfaits de cela au  Maroc ? Maintenant, allez sur Youtube, et appréciez notre belle offre  irrésistible : https://www.qair.ma. Voici notre offre: vous pouvez satisfaire plus de 50% de vos besoins en énergie verte, et une « importante »  économie  sur  votre  facture. 

Lire aussi| Tebboune poursuit la destruction de l’Algérie

Engagez -vous  dès  à  présent,  le  temps  de  finaliser les  décrets  d’application,  faites  vite,  c’est  une  offre  limitée,  et  avant  que  l’un  des développeurs marocains  n’arrive  sur le  marché. Sortons  de  cette  discussion  insupportable. Je  ne  veux  pas  aller  plus  loin,  mais  on  aura  tous  compris le plan  machiavélique  de  la  France dans  le  secteur  de  l’énergie  marocain  depuis  2009,  date  de  lancement  par  notre  Souverain du  plan  de  transition  énergétique  du  Maroc. Si  nous  disons  souverain,  cela  veut  dire  une politique  souveraine,  et  non  dictée  par  la  Banque  mondiale  dans  le  cas  du  projet  solaire marocain,  ou  la  France,  et là  je  ne  dirai  pas  dictée,  mais  plutôt imposée,  au  nom,  et  en  contrepartie  de l’appui  français  dans  le  dossier ~  2  ~  du  Sahara.  Voilà  où  nous  en  sommes  !

Si  on  veut  une  souveraineté  énergétique,  il  va  falloir  se préparer  à  la  riposte  française  sur  le  dossier  du  Sahara.  Le  vent  a  tourné.    Est-ce  que  le  prix à payer  vaut  toute  cette  chandelle  concédée  à  la  France ?  Est-ce  que  le  poids  de  la  France  vaut toujours  quelque  chose  après  la  reconnaissance  par  les  USA (maître  du  monde)  de  plusieurs autres  pays,  et  des  consulats  ouverts  sur  notre  Sahara.  En  somme,  la  victoire  éclatante  du Maroc,    sous  la  conduite  du  père  de  la  transition  énergétique  marocaine,  Sa  Majesté Mohammed VI.  Au  lieu  de  mettre  ma  photo,  j’ai  mis  celle  de  la  statut  de  la  honte,  j’ai  honte  pour  mon  pays, comme  professionnel  du  secteur  de  l’énergie,  j’ai  honte  devant  mon  souverain,  j’ai  honte  de tous  ces  ministres  de  l’énergie  qui  ont  géré  cette  catastrophe  depuis  2009,  et  laisser  la Banque  mondiale  et  la  France  nous  massacrer  de  la  sorte.

Que  pouvons-nous  faire  ?  Continuer  à  faire  des  posts  sur  LinkedIn.    Le  projet  de  loi  sur l’autoconsommation  est  en  route  vers  le  parlement,  il  passera  comme  lettre  à  la  poste.    C’est un  projet  PJD  élaboré  par  la  France. Par  quel  moyen  voulez-vous  le  stopper  ?  Je  m’en  remets  à  notre  Souverain  qui  a  clairement  manifesté  son  mécontentement  lors  de  la dernière  réunion  avec  les  responsables  du  secteur,  pour  une  refonte  de  fond  en  comble  des lois  de  l’énergie  au  Maroc,  qui  mettrait  l’intérêt  du  Marocain  en  priorité,  et  non  celui  de l’économie  française,  ou  de  la  banque  mondiale.

Je  le  redis  encore  une  fois  :  Dieu,  protégez  cette  nation  de  ses  amis,  ses  ennemis,  elle  les connait.

Par  Dr  Said  GUEMRA,  Expert  Conseil  en  Management  de  l’énergie  4.0

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 

Les confinements contre l’épidémie

Les confinements locaux permettent-ils de lutter efficacement contre l’épidémie ?

Article précédent

DIGITAL 2021 : le Maroc de plus en plus connecté

Article suivant

Maroc Telecom tient la cadence malgré la concurrence et la crise sanitaire