Mines

L’entreprise turque Drillon va explorer la potasse à Boufakrane

L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) nourrit de grands espoirs de découvrir un grand gisement de potasse à Boufakrane (provinces de Meknès et d’El Hajeb). Il vient de confier une mission d’exploration à l’entreprise turque Drillon.


Le Maroc est-il assis sur des milliards de tonnes de potasse ? C’est tout comme. En effet, au moment où la société britannique, Emmerson plc, s’apprête à démarrer la construction de son usine de potasse à Khémisset (pour une production annuelle de 800 000 tonnes de potasse sur 20 ans) qui devrait être la plus grande d’Afrique, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) semble croire dur comme fer que le sous-sol marocain héberge d’autres gisements peut-être même plus importants que les 537 millions de tonnes de Khémisset et dont la teneur moyenne en oxyde de potassium est estimée à 9,24%. C’est ainsi que le bras armé de l’Etat dans le domaine minier nourrit de grands espoirs de découvrir un grand gisement de potasse à Boufakrane. Aussi, dans ce cadre, il a lancé en juin un appel d’offres de 8,4 millions de DH pour une mission d’exploration de potasse dans cette localité située dans les régions de Meknès et d’El Hajeb. Celui-ci vient d’être remporté par l’entreprise turque de forage minier Dillon. Créée en 2018 comme filiale de Drillon Sondaj établie à Ankara, l’entreprise Drillon Morocco est dirigée par Giray Kusgozoglu. Il faut dire que la filiale marocaine du groupe turc est en terrain connu. Elle a déjà exécuté des forages sur plusieurs sites qui concentrent les espoirs de l’ONHYM, comme le gisement d’argent de Zgounder (à l’Ouest de Ouarzazate), qui est exploité par les Canadiens d’Aya Gold & Silver (ex-Maya) et qui est entré en production commerciale depuis janvier 2019.

Lire aussi : Centrale des risques sur le crédit : vérifiez votre rapport de solvabilité !

En attendant la confirmation du potentiel du côté de Boufakrane, la britannique, Emmerson plc, elle, compte mettre en place ses chantiers d’ici le troisième trimestre 2021. Selon l’entreprise, ce projet de 400 millions de dollars a le potentiel de figurer parmi les projets de potasse à faible coût d’investissement au monde. A noter qu’une étude de faisabilité a montré qu’Emmerson pouvait produire 735 000 tonnes de muriate de potasse et 1 million de tonnes de sel de déglaçage par an. D’après également Emmerson plc qui prévoit de démarrer la production avant fin 2023, ce projet minier permettra de créer 760 emplois directs. Il augmentera ainsi les exportations marocaines de minéraux de 8% et générera jusqu’à 63 millions de dollars par an pour le gouvernement marocain en fiscalité.

Lire aussi|Les industriels marocains optimistes à court terme

 
Article précédent

Centrale des risques sur le crédit : vérifiez votre rapport de solvabilité !

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc : 389 nouveaux cas, 475.355​ au total, dimanche 7 février 2021 à 18 heures