Entreprise

L’équipementier Cablisys Maroc en redressement judiciaire

Si les bonnes perspectives du secteur automobile attirent de plus en plus de nouveaux acteurs de classe mondiale ou poussent ceux déjà présents dans notre pays à y opérer des investissements additionnels, les quelque 200 équipementiers qui constituent l’ossature du cluster automobile marocaine, ne sont pas tous logés à la même enseigne.


Alors que certains mastodontes affichent des performances solides et ne cessent de croître année après année (tels les japonais Yazaki et Sumitomo, les Américains Lear et Aptiv ou encore le tunisien Coficab), d’autres traversent des heures sombres. Un des derniers en date n’est autre que Cablisys Maroc, le sous-traitant en câblage électrique pour automobile qui vient d’être placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Casablanca.

Aussi, cette filiale du groupe européen éponyme spécialisé dans la réalisation de faisceaux électriques, de cordons d’alimentation, ainsi que les ensembles et de sous-ensembles électriques et électroniques (coffrets, pupitres de commande, etc.) a connu une forte baisse d’activité au cours des derniers mois, ce qui a substantiellement affecté sa trésorerie.

L’entité qui portait jusqu’en 2015 la dénomination de Sonocable (à la veille de son entrée dans le giron de Cablisys), employait jusqu’à un passé récent quelque 300 employés sur son site de production casablancais.

Pour l’instant, rien ne filtre sur le schéma de restructuration qui devrait faire sortir Cablisys Maroc de la tourmente et sur lequel planche le management du groupe actuellement. Mais selon des sources proches de cette entité créée en 2001, une recapitalisation est à envisager au cours des prochains mois. Elle devra sans doute être accompagnée d’un plan de réduction des coûts visant à retrouver le chemin de la rentabilité dès 2020.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Sahara : le mandat de la MINURSO renouvelé

Article suivant

Délais de paiement : les déclarations des EEP désormais publiées