Finance ParticipativeFlash-eco

Les 12 Marocains les plus influents de la finance participative

Dans sa dernière édition annuelle, Islamica 500, le guide mondialement reconnu qui recense les meilleurs acteurs mondiaux de la finance participative, a réservé une bonne part aux opérateurs marocains.


En effet, dans sa liste des personnalités les plus influentes dans le monde islamique pour l’année 2018, Islamica 500 a sélectionné 12 acteurs marocains.

Il s’agit notamment d’Abdellatif Jouahri, Gouverneur de Bank Al-Maghrib, de Houda Chafil, CEO de Maghreb Titrisation, Saïd Amaghdir, Président de l’AMFP et Directeur du Pôle Takaful chez Saham Assurance Maroc (filiale du groupe Sanlam), Fouad Harraze CEO d’Al Akhdar Bank (groupe Crédit Agricole du Maroc), de Mohamed Maarouf, Directeur général de BTI group (Groupe BMCE Bank) ou encore d’Abdessamad Issami, CEO d’Umnia bank (groupe CIH Bank).

On note également dans la liste, la présence du Dr. Ali Alami Idrissi, Associé fondateur du cabinet Optima Finance Education & Advisory, du Dr. Abderrahmane Lahlou, Fondateur-directeur du cabinet ABWAB Consultants, de Koudama Zeroual, directeur général du projet Assurances Takaful de Wafa Assurance, de Haj Tahar Bimezzagh, CEO de Koutoubia holding, de Philippe Karim Charot, Président de la société Agro-food industry, et de Jamil El-Abbassy Marchal,  CEO de Royal Ranches Marrakech.

Ce classement, qui met en valeur ces opérateurs et leurs efforts, confirme l’émergence de la finance participative au Maroc.

Lancées en juillet 2017, les banques participatives sont aujourd’hui, un peu plus d’un an après leur démarrage, dans une bonne dynamique.

Les statistiques officielles montrent qu’à fin juin 2018, le secteur comptait déjà 70 agences et pas moins de 50.000 comptes ont été déjà ouverts.

De même, en ce qui concerne le financement, les banques participatives ont octroyé environ 2 milliards de DH à leur clientèle, à fin 2018.

On note aussi que l’encours des dépôts collectés avoisine 1,1 milliard de DH.  En général, les douze mois de l’année 2018 devraient permettre aux banques participatives de s’affirmer davantage sur le marché bancaire. Selon les opérateurs, l’année 2019 s’annonce également très prometteuse pour le secteur. Enfin, soulignons que les autorités sont à pied d’oeuvre pour la mise en place du reste de l’écosystème de cette industrie.

 
Article précédent

Un autre patron de fonds d’investissement se met au conseil

Article suivant

La Fondation Attijariwafa bank se penche sur le rôle des incubateurs