Agriculture

Les 14 ans du SIAM : l’âge certain d’un grand évènement

Une belle idée portée par une volonté s’est incrustée dans une ville qui a donné une identité à une manifestation internationale. Le Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM)  dont la 14ème édition aura lieu 16 au 21 avril 2019 à Meknès, est cet espace qui allait être le meilleur accompagnateur d’une politique publique qui portera, quelques années plus tard, le nom du « Plan Maroc Vert ».


Les années passent et le SIAM s’impose en tant que rendez-vous qui réunit tous les acteurs du secteur agricole au Maroc, en Afrique et à travers le monde. Les 14 années que représentent la vie d’une manifestation qui honore les travailleurs de la terre, les exploitants et les créateurs de valeur ajoutée agricole est un processus fondateur d’une nouvelle culture.

Le Salon International est cette occasion que beaucoup d’acteurs considèrent comme étant le lieu d’une consécration et le point de départ vers des performances en matière de production, de commercialisation et de durabilité environnementale et économique du travail de la terre.

La 13e édition du SIAM a permis d’ancrer cette manifestation dans la durée avec la présence de 70 pays, des centaines de coopératives et d’entreprises du secteur agroalimentaire et un accompagnement médiatique spécialisé régulier. La 14 e édition constituera une étape d’envergure pour l’évolution des prestations qu’offre le SIAM aux acteurs du secteur agricole dans ses relations avec les autres secteurs de l’économie.

 La 14è édition : vers un million de visiteurs

Les objectifs de la 14 e session du SIAM sont réalisables au regard de la dynamique qui a marqué l’évolution de cette manifestation depuis sa création. En 2019, le nombre de visiteurs dépasserait le million, celui des pays atteindrait 72 et le nombre des exposants atteindrait 1800.

Les différents pôles du prochain SIAM seront divers et marqués par une spécialisation qui englobera les régions, les institutions, l’international, les produits du terroir, les agrofournitures, le machinisme et l’élevage. Les conférences qui accompagnent le Salon permettront aux acteurs du secteur d’échanger sur des thèmes très importants à travers 35 conférences.

Pour cette édition 2019, c’est la Suisse qui est à l’honneur. « C’est une occasion pour nous pour mettre en évidence ce que nous faisons déjà au Maroc dans le domaine agricole. Nous soutenons par exemple la filière de production d’huile d’argan avec toutes ses implications à l’international. Le salon sera l’occasion de lancer de nouveaux partenariats et aussi de faire connaître quelques spécificités de l’agriculture en Suisse », estime, pour sa part, Massimo Baggi, ambassadeur de Suisse au Maroc.

Rappelons que la Suisse et le Maroc sont de bons partenaires. En 2016, le volume des échanges entre les deux pays, a atteint 520 millions de francs. La Suisse exporte au Maroc essentiellement des produits pharmaceutiques, des machines et des produits horlogers. Et le pays importe principalement du Royaume des produits tels que les pierres et les métaux précieux, les articles de bijouterie, les textiles et les vêtements.

L’une des nouveautés de cette année concerne la mise en place d’un salon B2B au niveau de chaque pôle. Il faut dire que le SIAM constitue chaque une véritable vitrine pour de multiples TPE et coopératives. Selon Jawad Chami, la plupart des entreprises (coopératives, TPE…), qui participent à l’événement réalisent plus de 60% de leurs chiffres d’affaires annuels lors du SIAM, notamment au pôle Produits du terroir.

Huiles d’olive et d’Argan, de Safran de Taliouine, en miels riches et variés, en dattes, nèfles, cactus, aloès, amandes, figues, champignons, couscous, lait de chamelle et de chèvre et leurs dérivés plantes aromatiques et médicinales, autant de produits qui se vendent comme des petits pains lors du SIAM.

« Les coopératives et associations écoulent, en 5 jours, plus de 12 millions de DH de marchandises lors du SIAM et y réalisent 70 à 80% de leur chiffre d’affaires annuel », renchérit le commissaire général du SIAM. « Le SIAM devient ainsi une extraordinaire opportunité pour le développement, la valorisation, la promotion et la commercialisation des produits de terroir et une vitrine de premier plan de la richesse et de la diversité des 12 régions du Royaume avec leurs valeurs culturelle et économique », ajoute-t-il.

L’agriculture, levier d’emploi

Le thème choisi pour la 14 e édition s’intègre pleinement dans les défis à relaver par toutes les politiques publiques, à savoir l’emploi. « L’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural » est cet axe qui doit intégrer toutes les actions publiques et notamment dans le secteur primaire.

« L’objectif de cette thématique répond aussi à la nécessité d’assurer au monde rural un développement équilibré, harmonieux et durable en intégrant une approche économique, sociale et spatiale. L’ancrage du monde rural dans la dynamique nationale doit ainsi relever le triple défi des performances économique, sociale et environnementale pour assurer l’émergence d’une classe moyenne agricole en mesure d’assurer un développement socio-économique durable », assure Jawad Chami.

Il faut dire que lutter contre la précarité et renforcer les moyens pour une meilleure efficacité économique ne peut se passer d’une meilleure organisation de l’efficience des projets dans l’agriculture. Ce secteur reste déterminant dans la fixation des objectifs en matière de croissance et partant de création d’emplois.

Le Plan Maroc Vert s’est fixé comme objectifs de libérer la croissance de sa dépendance à l’égard du climat. Maîtriser l’irrigation et organiser les filières sont des priorités qui resteront déterminantes pour l’avenir du secteur agricole marocain. Il est stratégique et il le restera tant pour son rôle dans la sécurité alimentaire que pour l’équilibre social et démographique.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

PwC Advisory s’offre Optimum Conseil

Article suivant

Maroc : les priorités de la Banque mondiale pour les six prochaines années