Transfert d’argent

Les conditions assouplies pour les envois à l’étranger

Envoyer de l’argent depuis le Maroc vers presque n’importe quel pays à l’étranger, est désormais possible depuis quelques mois. Et il suffit seulement de présenter une pièce d’identité à un opérateur de transfert d’argent. Comment cette nouvelle disposition se concrétise-t-elle sur le terrain. Quels sont les opérateurs qui profitent de cette nouvelle mesure ? 


Jusqu’en août dernier, seuls les banques et les établissements de paiement agréés par Bank Al-Maghrib étaient habilités à effectuer, pour le compte des personnes physiques marocaines et étrangères résidentes (donneurs d’ordre) et des étrangers non-résidents de passage au Maroc, des transferts en faveur des membres de leurs familles en difficulté à l’étranger et ce, dans la limite d’un plafond de 10.000 dirhams par donneur d’ordre et par année civile. Une copie de la Carte Nationale d’Identité du donneur d’ordre, ou copie de la Carte d’Immatriculation du donneur d’ordre, est nécessaire, sans compter que l’établissement devant exécuter le transfert doit être en mesure de communiquer à l’Office des Changes, en cas de besoin, l’identité du bénéficiaire.

Depuis septembre dernier, cette procédure a été allégée pour le grand bonheur des Marocains et des opérateurs de transfert d’argent qui ont commencé à exploiter le filon.

Envoyer ou recevoir de l’argent du Maroc vers le monde entier n’a jamais été aussi facile. Il suffit de présenter la carte d’identité et communiquer les informations suivantes : numéro de téléphone, pays de destination, montant à envoyer et nom et prénom du bénéficiaire. Les prestataires spécialisés dans le transfert d’argent proposent plusieurs solutions aux nombreux avantages : des taux de change plus avantageux, une rapidité d’exécution ainsi que des frais qui varient entre 165 et 577,5 dirhams selon le montant transféré qui reste plafonné à 10.000 dirhams.

Cependant, il y a quelques mois, réaliser une telle opération, engendrait souvent des frais cachés. La banque ou l’opérateur de transfert propose un taux de change moins intéressant que celui du marché ( appelé aussi taux de change interbancaire). A cela, s’ajoutent les frais de transferts. Cette marge sur le taux de change et ces frais dépendent des monnaies utilisées. Ce qui devient compliqué de savoir exactement combien coûte un transfert d’argent. 

Cette nouvelle disposition facilite la tâche surtout aux parents qui ont des enfants qui étudient à l’étranger et qui représentent presque 90% des clients demandeurs auprès des opérateurs de transfert, comme l’explique une représentante de Wafacash «Ces opérations de transfert d’argent sont faites la plupart du temps vers les étudiants marocains en Turquie, en Espagne et en Ukraine et la majorité de nos clients sont satisfaits, car ils rencontraient plusieurs contraintes auparavant».

Les opérateurs profitent de cette nouvelle mesure pour communiquer non seulement pour gagner de nouveaux clients, mais aussi pour cibler de nouveaux besoins chez eux.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Professions libérales : le prix de l’amnistie

Article suivant

Le drapeau marocain brûlé sur la place publique à Paris