Grande distribution

Les dessous de la future implantation de l’espagnol Coviran

La coopérative de supermarchés andalouse, basée à Grenade, affûte ses armes pour son implantation au Maroc. Coviran va débarquer avec son mode distribution pas comme les autres.


Après l’échec de la collaboration Auchan/Marjane et l’arrivée de Carrefour à travers un contrat de franchise exclusive avec Label’Vie, le groupe espagnol Coviran, coopérative de supermarchés, sera le prochain distributeur européen à s’installer au Maroc. Il compte s’implanter en 2019. En attendant, Coviran est en train de développer un projet pilote dans le Royaume. L’annonce a été faite à l’occasion de la présentation de ses résultats annuels cette semaine. Selon une source proche du groupe espagnol, c’est à Settat et Casablanca que l’opérateur prévoit d’installer son ambitieux projet. Coviran a en effet réservé un lot de terrain à Settat au sein du futur Parc Industriel Ditema. Ainsi, le marché marocain constitue la première implantation du groupe espagnol en dehors du continent européen. Coviran, créée en 1961, compte plus de 2.800 supermarchés sur l’ensemble des régions d’Espagne et au Portugal.

L’urbanisation croissante au Maroc, le fort taux d’équipement en voitures et l’émergence d’une classe moyenne constituent, entre autres, les éléments qui ont pesé dans le choix de l’Espagnol. Le concept que ce dernier compte déployer au Maroc sera inédit dans le Royaume. C’est son expérience en matière de coopérative d’achat et de vente aux détaillants ou centrales d’achat qu’il déroule depuis 50 ans dans son pays que Coviran veut s’implanter dans le pays avec comme quartier général le futur Parc Industriel Ditema.

Un modèle inédit

Le business model de cette coopérative est simple : chaque associé apportera au capital social sa quote-part (près de 8.000 euros en Espagne). Ce dernier renoncera au partage des dividendes, mais bénéficiera en échange d’un ensemble de services que la coopérative lui assurera en permanence. Ces coopérateurs géreront ainsi les surfaces de vente individuellement d’une superficie minimale à fixer (de 200 m²) qui afficheront l’enseigne de Coviran. Ils s’approvisionneront alors auprès de la plate-forme située dans le Parc Industriel Ditema en achetant leurs produits qu’ils vont revendre selon un cahier des charges. Pour se faire, la plate-forme sera dédiée au stockage, aux chambres froides et aux ventes directes aux associés qui utiliseront leurs propres moyens de transport pour ravitailler leurs magasins. Rappelons que la coopérative assurera à ses membres organisés en conseil d’administration les services bancaires, assurances et formations continues. Idem pour l’aménagement intérieur et la présentation générale des magasins avec l’objectif de garder une certaine homogénéité au niveau du réseau de distribution. Quid des prix ? L’activité de la coopérative de supermarchés andalouse est basée sur le concept du discount. Partant, elle compte sur sa capacité de négociation vis-à-vis des fournisseurs pour proposer en conséquence les meilleurs prix possibles. Elle sera aidée en cela par l’élargissement et l’extension de son activité. Autrement dit, Coviran veut se positionner comme une alternative de distribution, une sorte de régulateur de marché, face aux grandes surfaces qui veulent dominer les circuits de distribution de grande masse et les commerces traditionnels de proximité proches des consommateurs.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Basse et moyenne tension : dans l’attente des textes d’application

Article suivant

Total Maroc accélère le déploiement de son réseau Hard Auto