Commerce extérieur

Les échanges entre le Maroc et les pays africains se sont accrus en 2014

37,5 milliards de DH : ce chiffre représente le montant des échanges commerciaux du Maroc avec les pays africains. Il aura augmenté de 14% en moyenne annuelle. Détails.


 

Un constat d’emblée : en 2014, 58% des échanges (soit plus de la moitié) se sont effectués avec les pays de l’Afrique du Nord, notamment avec l’Algérie (34%). Ils restent dominés par les importations de produits énergétiques.

Les échanges avec l’Afrique subsaharienne ont représenté 42% en 2014 alors que les exportations vers les pays de cette zone ont atteint 13,2 milliards de DH en 2014 contre 2,3 milliards de DH en 2004. La croissance annuelle moyenne s’élève à 19%.

En revanche, les importations en provenance d’Afrique subsaharienne restent limitées, s’établissant à 2,6 milliards de DH en 2014 contre une moyenne de 3,6 milliards de DH sur la dernière décennie.

Pour ce qui est du solde commercial du Maroc avec l’Afrique subsaharienne, largement excédentaire depuis 2008, il s’est nettement renforcé ces dernières années pour atteindre 10,6 milliards de DH en 2014.

Forte présence des entreprises marocaines en Afrique

Les investissements marocains en Afrique sont essentiellement constitués d’investissements directs, représentant 83% du total des flux des IDE sortants vers le continent et 49% du total des IDE marocains à l’étranger, entre 2003 et 2014.

Le Maroc est présent en Afrique subsaharienne, première destination de ses IDE en Afrique, à travers des investissements directs dans 14 pays. La répartition sectorielle des investissements directs marocains dans la région indique que plus de la moitié des flux sortants des IDE marocains entre 2008 et 2014 concerne le secteur des banques (52 pc), suivi des télécommunications (29%), des holdings (6%), de l’immobilier (5%) et de l’industrie (1%). 

En gros, les échanges entre le Maroc et ces pays africains constituent 6,4% du total échangé avec l’extérieur contre 4,1% en 2004.

Pour rappel, ces chiffres ont été établis par le rapport économique et financier 2016 accompagnant le Projet de Loi de Finances 2016.

 

 
Article précédent

Une conjoncture peu inflationniste à fin septembre

Article suivant

Une ligne française de 25 millions d’euros pour les PME marocaines