Rétro 2019

Les faits qui ont marqué 2019 : Septembre – octobre

Lancement officiel de la formation du service militaire


La formation au service militaire a été lancée officiellement le mardi 3 septembre faisant appel à 15.000 personnes dans 14 centres de formation des Forces Armées Royales répartis sur l’ensemble du territoire national. Ces stages de formations comprennent plusieurs matières comme l’éducation morale, l’éducation physique, l’histoire militaire, l’ordre serré et le règlement, le but étant de faire admettre aux jeunes appelés les valeurs morales. Le retour du service militaire au Maroc, s’assigne pour principal objectif de consolider le sentiment d’appartenance à la patrie chez les jeunes, et leur permettre de bénéficier d’une formation militaire et d’une qualification professionnelle, et partant, leur ouvrir des perspectives d’intégration dans le marché de l’emploi. Les appelés bénéficieront d’une formation complète dans plusieurs matières et activités, de nature à développer leurs compétences et instaurer, chez eux, l’esprit de discipline, d’engagement et de responsabilité. Cette formation s’étale sur une durée de quatre mois et porte sur une formation générale de base. Elle sera suivie de la phase de spécialité qui durera huit mois.

Bank Al Maghrib baisse la réserve obligatoire

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), réuni le 24 septembre a décidé de réduire la réserve monétaire de 4 à 2%. Une mesure qui devrait libérer 11 milliards de DH sur le marché monétaire afin de financer les besoins de l’économie. L’institution précise qu’elle a au préalable analysé l’évolution de la conjoncture économique, ainsi que les projections macro-économiques pour les huit prochains trimestres. La détente de 2 points des réserves financières que les banques doivent déposer auprès de Bank Al-Maghrib devrait, en principe, stimuler la distribution du crédit et peut-être la croissance. 

La DGSN supprime les fiches de police

La Direction générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a décidé de supprimer les fiches de police depuis septembre. Les voyageurs ne sont plus obligés de remplir des fiches d’embarquement/débarquement dans les aéroports et les frontières terrestres du Royaume. La mesure entre en vigueur dès lundi 16 septembre 2019.Cette mesure vient couronner les efforts déployés par les services de la DGSN pour développer le système de contrôle frontalier et assurer son efficacité à travers l’adoption d’un nouveau système informatisé de gestion des postes-frontières, connu sous l’appellation SGPF et qui permet la lecture numérique des passeports, l’insertion immédiate des informations personnelles dans les bases de données, outre la détection des documents falsifiés.

Bourse de Casablanca nouveau règlement général

La place boursière casablancaise s’est dotée d’un nouveau règlement général en septembre. Les nouvelles dispositions lui offrent beaucoup plus de flexibilité et de possibilité. Ces nouvelles dispositions viennent répondre aux attentes du marché. Soulignons que leur mise en place s’inscrit en droite ligne de la feuille de route « Ambition 2021 » de la Bourse de Casablanca. Selon Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca, ce règlement général offre plus de flexibilité, et surtout constitue une avancée majeure dans le processus de modernisation du marché boursier marocain.

SM le Roi nomme les membres du nouveau gouvernement

Le Souverain a nommé le 9 octobre, les membres du nouveau gouvernement après une restructuration de son architecture. Composé de 23 ministres constitués de cinq partis après le retrait du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), avec une domination du Parti Justice et Développement (PJD), arrivé en tête des élections législatives de 2016. Le PJD compte sept portefeuilles en plus du poste de Chef de gouvernement. Quant au Rassemblement National des Indépendants (RNI), il occupe trois postes ministériels, le Mouvement Populaire (MP, 2 postes) alors que l’Union Constitutionnelle (UC) et l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) se sont vus confiés un seul poste ministériel chacun. Par ailleurs, le gouvernement remanié compte neuf ministres sans appartenance politique (SAP). Ce gouvernement remanié fait suite au discours royal à l’occasion de la fête du Trône, et dans lequel le Souverain a appelé le Chef de gouvernement à renouveler et à enrichir l’exécutif par des compétences aux différents postes et niveaux de responsabilité pour accompagner une nouvelle génération de réformes.

Spirit Aerosystems reprend le site Bombardier Maroc

La multinationale canadienne Bombardier, a annoncé le 31 octobre avoir conclu une entente définitive pour la vente de ses activités d’aérostructures au groupe américain Spirit AeroSystems Holding, dont celles situées à Casablanca. Avec une transaction d’un montant total d’environ 1,1 milliard de dollars, Spirit s’est acquis les activités de Bombardier à Belfast, (Royaume-Uni), à Casablanca, ainsi que les installations d’aérostructures de Dallas (États-Unis. Selon le groupe aéronautique, cette cession vient concrétiser la décision de la multinationale de se concentrer sur ses deux piliers en forte croissance, les trains et les avions d’affaires.

Casablanca : Alsa signe un contrat de 10 ans

L’Etablissement de coopération intercommunale (ECI) « Al Baida » et la société Alsa Maroc, ont conclu en octobre le contrat de gestion déléguée de transport collectif urbain par autobus dans le territoire des 18 communes du Grand Casablanca. Ce contrat a pris effet le 1er novembre  et porte sur une durée de 10 ans, pouvant être prolongée de 5 ans. Ce nouveau contrat comprend une première phase, dite d’initialisation, qui s’étend du 1er novembre 2019 au 31 décembre 2020, durant laquelle Alsa Al Baida, dénomination donnée à la nouvelle filiale du groupe Alsa Transport, opérera, d’abord, avec quelque 250 bus « dans un état fortement détérioré » repris de M’dina Bus, dont le contrat a expiré le 31 octobre. Ensuite, la société mettra en circulation, de manière progressive, 400 bus d’occasion.

CGEM : Mezouar jette l’éponge

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a annoncé sa démission le 13 octobre. Cette démission a été prise après une intervention du patron des patrons lors de la World Policy Conference qui s’est tenue à Marrakech, considérée déplacée par le ministère des Affaires étrangères, qui avait indiqué dans un communiqué que « le gouvernement de Sa Majesté le Roi dénonce la démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie de Salaheddine Mezouar, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), qui a cru devoir commenter la situation interne en Algérie lors d’une conférence internationale tenue à Marrakech ».

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Carlos Ghosn avait 4 passeports, dont deux français

Article suivant

Renouvellement des taxis : 2 MMDH pour relancer le programme