Les chroniques de Jamal Berraoui

Les folies d’Erdogan

Le Président turc vient de recommander à ses concitoyens de boycotter les produits français. Auparavant, il a, à deux reprises, conseillé à Emmanuel Macron de « consulter pour sa santé mentale ». Le prétexte des caricatures  ne tient pas la route. Le conflit est beaucoup plus profond et surtout inquiétant.


Si par hasard, la France demande à l’Europe des mesures solidaires, ce sont 52% des exportations turques qui resteront à quai, alors que la situation est la pire depuis 30 ans dans ce pays. Erdogan a choisi la fuite en avant. Il se veut le nouveau Calife, le patron de la porte sublime. Il croit pouvoir négocier au nom d’un hypothétique monde musulman, alors qu’il est isolé au sein de cet espace.

Lire aussi | Casablanca : les blindés aux barrages pour contrôler les déplacements [Reportages vidéos]

Il mène plusieurs guerres, en Syrie, en Libye et au Karabakh. Il maintient des tensions très vives en Méditerranée et à Chypre. Il n’en a pas les moyens. Si Poutine le lâche et il finira par le faire sous la pression occidentale, il sera à nu. Erdogan mène la Turquie à la catastrophe. L’économie est en déconfiture, mais cela est mondial et ce ne sont pas ses politiques qui sont en cause. Mais sa politique étrangère, agressive à l’extrême, l’amène droit dans le mur. Il n’y aura jamais plus de nouveau Califat. L’Anatolie ne peut rêver de redevenir l’Empire ottoman. C’est cela la réalité. La folie d’Erdogan, c’est de miser sur les courants islamistes, en pensant qu’ils peuvent inverser le cours de l’histoire. La Turquie est membre de l’OTAN et était proche de l’adhésion à l’Europe. Erdogan l’éloigne chaque jour plus de ces ensembles, des perspectives.

Lire aussi | Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d’attente chez les pharmacies!

La schizophrénie est manifeste. Il maintient ses relations avec Israël et critique, fustige, les Émirats. La Turquie veut investir dans le port de Haïfa. Ses relations avec la Chine, il tient à les améliorer, sans considération pour les droits des musulmans, mais il agresse le Président Français à cause de la publication de caricatures par UN journal . Cette politique irrationnelle est intenable. Si Trump disparaît des radars, Biden le poussera hors de l’OTAN. La Turquie reste une démocratie, c’est aux électeurs de se séparer de cet individu.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

Hamid Bentahar, Président du CRT Marrakech-Safi : «Il est primordial d’accélérer l’ouverture des lignes aériennes»