Blog de Jamal Berraoui

Les gros sabots

Benkirane prenant tout son temps, et accessoirement le nôtre, au mépris des urgences de la situation, c’est l’Egypte qui fait l’actualité. J’ai une proposition simple pour aider « Oumi Eddounia », à sortir de la crise. Chausser les militaires de Tongs et si possible, les envoyer peupler les plages desservies par les touristes. Car ils ne font pas dans la dentelle.


Morsi est poursuivi pour évasion. Avec des camarades, des frères dira-t-il, il a profité de la désorganisation au moment de la révolution, pour s’évader. La justice de la deuxième révolution le lui reproche, deux ans après. Pourtant le propre d’une révolution c’est d’ouvrir les prisons. Par principe, on estime que les prisonniers d’une dictature ont été incarcérés sans le respect de leurs droits, surtout quand il s’agit de « crimes politiques ». Et puis si on abat un régime, ce n’est pas pour reprocher à d’autres d’avoir essayé.

Imaginons que Robespierre et ses amis aient eu la mauvaise idée de juger les responsables de la prise de la Bastille. Cela aurait changé l’Histoire de France.

Si les militaires utilisent des moyens aussi grossiers, c’est parce que personne en dehors des frères musulmans, n’a contesté le sort physique réservé à Morsi. Pendant dix jours, il a été détenu « à titre préventif » et traité avec respect selon les militaires. Seul « Israël », grande démocratie selon l’Occident, a une législation qui permet la détention administrative. Un palestinien jugé susceptible, un jour, éventuellement, de griller un feu rouge et donc de troubler l’ordre public, peut être détenu administrativement, pour éviter une surcharge de travail aux juges dans l’avenir.

Le « Tsahal », chef de file des armées du déshonneur et héritier des S.S, a même arrêté, il y a quelques jours, un enfant de 11 ans dans ce cadre. Ils étaient sûrs qu’à sa majorité, il serait terroriste. Ils ont raison, quand on est palestinien, la dignité humaine impose de les combattre par tous les moyens.

Mais en Egypte, les errements actuels sont inacceptables. Je n’ai aucune sympathie pour les frères musulmans et leurs succursales, y compris la marocaine. Mais je suis convaincu que les démocrates égyptiens se fourvoient. En soutenant les violations de droits des frères musulmans par l’armée, ils préparent la guerre civile et surtout le retour à la dictature.

Féru d’histoire, je compare ce qui se passe au 18 Brumaire de Bonaparte et non pas à une deuxième étape de la révolution. Les démocrates, les laïcs, en se plaçant sous la protection d’une armée qui est aux manettes depuis 1952, en lui laissant les mains libres pour réprimer sauvagement les Islamistes, sont les propres fossoyeurs de leur révolution.

Le combat contre l’intégrisme ne peut être que politique, idéologique, culturel. Depuis 80 ans, les régimes successifs en Egypte ont essayé la répression, sans succès autre que temporaire.

Les douze milliards de dollars offerts par le gang des monarchies du Golfe, ne doivent pas faire illusion. Des dizaines de millions d’Egyptiens vivent dans la misère extrême. Une longue période de perturbations, c’est la garantie de l’implosion durable de l’Egypte ou le boulevards ouvert à une nouvelle dictature. Oui la démocratie est la solution, mais la démocratie pour tous.

 
Article précédent

Jaguar F-Type : Fauve en quête de proies

Article suivant

Sommaire Challenge #432