Grande distribution

Les importations de la Grande Distribution au Maroc : l’initiative du Groupe Marjane fera-t-elle des émules ?

A l’heure où les réserves en devises du pays subissent une énorme pression, certains secteurs continuent d’importer massivement des produits, pourtant ayant bien leurs équivalents de fabrication locale. Cela est le cas de l’univers de la Grande distribution au Maroc où l’intensité et la tendance des importations vont crescendo depuis plusieurs années.


Heureusement que le leader vient de s’y démarquer en s’engageant officiellement dans la stratégie nationale de substitution à l’import. En l’absence de tout tropisme de chauvinisme économique chez le consommateur marocain, d’où peut bien venir le salut pour alléger notre balance commerciale ?
Si la question des importations opérées au Maroc par le turc BIM avait fait irruption de façon polémique dans les débats économiques en pleine crise du Covid-19 et sur fond de tropismes de protectionnisme primaire qu’elle n’avait manqué d’attiser, le sujet vient de refaire surface avec la récente initiative du Groupe Marjane de développer le sourcing local avec des objectifs ambitieux à horizon 2024.

Lire aussi| Naoufal El Heziti, nouveau président du CJD Maroc

En effet, alors que les acteurs de la GMS viennent de clore une année 2020 sur une bonne note en démontrant s’il en est besoin, le caractère résilient de l’activité de distribution moderne de produits de grande consommation (activité défiant les cycles par excellence), il n’est pas anodin de rappeler que le volume des importations, tous produits confondus, réalisé par l’ensemble des acteurs de ce métier au Maroc se situerait entre 4 et 4,5 milliards de dirhams pour un chiffre d’affaires global d’un peu plus de 25 milliards de dirhams. Cela représente tout de même en moyenne entre 17% et 19% des achats revendus de marchandises du secteur. Et la tendance va crescendo depuis quelques années notamment dans le sillage de l’up-scalling opéré par certains opérateurs dans leur positionnement (ce qui est synonyme d’une part plus importante de produits premium comme c’est le cas de Carrefour Gourmet par exemple).
A ces chiffres il faut ajouter également les achats en dirhams opérés par les centrales d’achat de Carrefour, BIM et compagnies mais de produits importés de l’étranger et écoulés sur le territoire marocain par des importateurs spécialisés (dont certains ont l’exclusivité de représentation au Maroc de ces produits).

Selon quelques experts contactés qui ont préféré garder l’anonymat, la part des produits importés en ultime ressort dans les rayons des enseignes modernes de distribution dépasse allégrement les 20% et ce niveau va crescendo. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le champion en la matière est loin d’être BIM Stores Maroc qui avait été jeté en pâture à ce sujet avant que le communiqué officiel de son management en mars 2020 ne précise que l’import ne compte « que » pour 15% dans les produits vendus dans ses points de vente.

Lire aussi| Coronavirus : le Maroc sort du top 40 mondial

C’est plutôt le Groupe Label’Vie (enseignes Carrefour, Carrefour Market et Atacadao) qui tient la palme du plus gros importateur direct avec plus de 2 milliards de dirhams (hors produits importés et achetés en dirhams au Maroc) sur un volume d’achat global de 8,8 milliards de dirhams (chiffres 2020). Ce qui représente presque la moitié des importations de tout le secteur de la Grande distribution quand le turc BIM n’en représente avec un peu plus de 300 millions de dirhams que moins de 10%. D’ailleurs à quel titre serait-ce possible ou audible puisque cela est tout à fait légal ?! Seul un tropisme de patriotisme économique de la part du consommateur (comme cela est le cas au Japon par exemple !) se traduisant, dans l’acte d’achat, par une préférence presque systématique des produits locaux, pourrait réellement changer la donne et alléger le fardeau en découlant pour la balance commerciale du pays. Mais cela n’est pas dans les mœurs de la consommation de la ménagère marocaine.

 
Article précédent

Maroc-USA : Nasser Bourita s'entretient avec le Secrétaire d'Etat américain

Article suivant

Décryptage de la diplomatie algérienne en Afrique et des rapports de force avec le Maroc [Tribune]