Flash-ecoIndustrie

Les industriels du cuir scellent un partenariat avec la Douane

Un accord-cadre de partenariat a été conclu entre la Fédération Marocaine des Industries du Cuir (FEDIC) et l’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII), visant la conduite d’actions communes en vue de l’amélioration de l’environnement procédural, réglementaire et juridique dans lequel opèrent les entreprises du secteur.


Cet accord qui institutionnalise les relations entre les deux partenaires, fixe un cadre général de coopération et prévoit également des mécanismes de coordination et de suivi pour évaluer l’avancement des projets inscrits dans la feuille de route commune et de faciliter leur réalisation. Rappelons que l’industrie marocaine du cuir, constituée de diverses activités, notamment la tannerie, la maroquinerie et vêtements cuir et dans une plus grande mesure la chaussure, compte environ 300 entreprises et emploie 20.500 personnes de façon formelle. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 4 milliards de DH à l’export en 2017, en légère hausse de 2,16% sur un an. Les principaux clients sont la France, l’Espagne, l’Italie ou encore l’Allemagne.

Ces dernières années ont connu une ouverture prononcée sur de nouveaux marchés tels que les États-Unis, le Japon, les pays scandinaves, ainsi que les pays d’Afrique. En tête donc, figure la chaussure, dont les exportations ont reculé l’an dernier de 0,46% à près de 2,07 milliards de dirhams. Cette branche est la principale activité de transformation du cuir et compte 236 unités industrielles réalisant près de 70% de la production totale du secteur en valeur. Les industriels de la chaussure opèrent avec des enseignes et marques de renommée mondiale. Celles-ci choisissent le Maroc pour fabriquer et exporter leurs produits. La branche de la chaussure pèse 73% des exportations totales du secteur.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La Coupe du monde 2026, une chance économique

Article suivant

Offre Halal : les exportateurs marocains réclament une stratégie nationale