Formation professionnelle

Les nouveaux défis dévoilés par la Fondation Attijariwafa bank

Le Pôle Edition & Débats de la Fondation Attijariwafa bank a organisé, jeudi à Casablanca, la 52ème édition de son cycle de conférences « Echanger pour mieux comprendre ».


Une conférence-débat qui s’est déroulée sous le thème « Emploi des jeunes : la formation professionnelle s’ouvre aux métiers du futur », en présence de Mohamed El Kettani, président directeur général du groupe Attijariwafa bank.

Cette rencontre a permis d’apporter des éclairages sur la nouvelle stratégie de l’OFPPT en matière de formation professionnelle et d’analyser le marché de l’emploi qui connaît et connaîtra des mutations permanentes, dans un contexte de révolution numérique et technologique. « Comme l’avait déclaré Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans son discours du 21 août 2019, la promotion de la formation professionnelle est désormais une nécessité impérieuse, non seulement pour créer de nouveaux emplois, mais aussi pour mettre le Maroc en capacité de relever les défis de la compétitivité économique, et d’être en phase avec les nouvelles évolutions mondiales survenues dans divers domaines », souligne Mohamed El Kettani.

Cette rencontre a réuni un panel composé de Loubna Tricha, directrice générale de l’Office de la Formation Professionnelle et de Promotion du Travail (OFPPT), Sofia Nouri, Managing Partner de N2Growth Morocco, Fatima Zahra Azzaoui, responsable de l’Institut de Formation aux Métiers de l’Industrie Automobile de Tanger Free Zone (IFMIA) du Groupe Renault Maroc, et Hamza Debbarh, fondateur de la 3W Academy Maroc. Objectif : échanger avec le secteur privé pour recueillir des recommandations pour le développement de l’offre de la formation professionnelle.

Sofia Nouri, Fatima Zahra Azzaoui, Loubna Tricha et Hamza Debbarh.

« Aujourd’hui, les secteurs pointus emploient 70% de techniciens et seulement 30% de managers. Or, à peine 25% des jeunes bacheliers optent pour la formation professionnelle, tandis que 75% d’entre eux choisissent l’université. L’objectif de notre feuille de route est de rectifier cette contradiction en faisant de la formation professionnelle une voie d’excellence », explique Loubna Tricha en présentant les objectifs de la nouvelle stratégie de l’Office et les principaux chantiers inscrits dans la feuille de route.

Pour sa part, Fatima Zahra Azzaoui a mis un accent particulier sur l’importance de l’agilité et de la confiance soulignant que les entreprises devront adopter des systèmes de formation agiles pour former des jeunes agiles, capables de s’adapter à l’inconnu. « Nous ne pouvons pas promouvoir le Made in Morocco sans nos compétences locales. C’est pour cela que nous recrutons les lauréats de l’OFPPT. Dans le cadre de notre partenariat, nous avons lancé une école d’outillage automobile en 2017. Ces métiers rares constituent un facteur de compétitivité de notre industrie locale», a-t-elle conclu.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Pour une bonne gouvernance des industries culturelles

Article suivant

Remaniement : un nouvel Exécutif réduit à 22 ministres