Economie

Les nouvelles ambitions de Finéa

La Caisse Marocaine des Marchés (CMM) devient Finèa. Ce changement de la raison sociale est la pierre angulaire d’une stratégie quinquennale qui vise à multiplier la gamme des services, et à diversifier les secteurs cibles.


C’est fini, la Caisse marocaine des marchés (CMM). Vive Finèa qui entame une nouvelle ère. Pour marquer le coup, des changements de la raison sociale et de l’identité visuelle ont été dévoilés mi-février lors d’une convention interne. Ces changements interviennent à un moment crucial du développement de la société. En effet, «après 50 ans d’activité, le top management a ressenti l’importance de valoriser la mission de la structure qui consiste principalement à faciliter l’accès des entreprises au financement, et accompagner les projets à venir», dit-on auprès de Finèa. C’est ainsi qu’un nouveau plan de développement 2013-2017 a été mis en place en début d’année. Celui-ci sera d’ailleurs rendu public au cours de la semaine prochaine.

De la place pour les PME

Selon une source proche de la maison-mère, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), ce nouveau programme portera principalement sur trois volets à savoir, la diversification des secteurs, l’appui au financement des PME et la multiplication des produits et services offerts. Concernant ce dernier volet, Finèa vient de mettre en place des formules de crédits qui tiennent compte de l’intégralité du cycle de vie d’un marché public et couvrent la quasi-totalité des besoins des entreprises soumissionnaires ou titulaires des marchés. Ces produits et services portent principalement sur les crédits de préfinancement, destinés à couvrir les dépenses engagées par l’entreprise soumissionnaire pour l’exécution d’un marché avant facturation, les crédits de l’accompagnement liés au financement des prestations après facturation, les crédits de mobilisation destinés au financement du délai de paiement, ainsi que le cautionnement et le nantissement, le métier de base de l’organisme.
Le deuxième volet quant à lui, consiste dans la diversification des secteurs accompagnés par l’ex CMM. Car, il est important de savoir que cet organisme avait comme principale mission de donner un coup de main aux différentes entreprises du bâtiment et travaux publics, souffrant des aléas des marchés publics. Enfin, la troisième ligne dans la stratégie quinquennale de Finèa s’attellera à appuyer les PME. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle l’augmentation de 50 MDH du capital a été faite cette année, passant ainsi de 70 millions à 120 millions de dirhams. n

 
Article précédent

Salon de Genève: le Salon des paradoxes

Article suivant

"Je suis fier des résultats que nous avons atteints"