Scanner

Les prévisions d’IDC pour le Maroc

Cette année, la demande en produits et services IT viendra principalement des opérateurs télécoms, des banques et du secteur public



L
e Maroc, en matière  de technologie de l’information (IT), n’est pas logé à la meilleure des enseignes dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Il est largement dépassé par les pays du Golfe. Par contre, il se trouve en tête des pays maghrébins. Il  représente plus de 40% de l’ensemble des dépenses IT de la zone. En 2013, les  dépenses dans ce secteur devront, selon le cabinet d’études IDC, s’accentuer pour rattraper le retard accusé  par rapport aux économies les plus matures.

 Dans ses prévisions, le cabinet table sur la contribution du  secteur public, des banques et des opérateurs télécoms dans le développement du secteur. « Ils déploieront  des investissements plus  importants en services Clouds (NDLR : déporter sur des serveurs distants des stockages et des  traitements informatiques traditionnellement localisés)». Les PME ne sont pas en reste puisqu’elles devront aussi  investir davantage dans les IT cette année pour contourner leurs lourdes dépenses d’investissement de capital (CAPEX), celles qui se réfèrent aux coûts de développement ou de fourniture des pièces  non-consommables. Les opérateurs locaux ont du pain sur la planche. Mais attention,IDC prévoit qu’ils seront très  concurrencés cette année par des groupes internationaux. Les fournisseurs IT, devront alors proposer des solutions  et des services à grande valeur ajoutée avec une « diversification et une customisation des offres par  secteur »

 Parmi les autres principales conclusions du cabinet d’études, l’on retrouve la problématique liée aux  compétences à trouver dans le domaine et qui continuera à peser dans le développement  des investissements. Tout  ceci devrait alors conduire les patrons marocains à rester prudents dans leurs dépenses en technologie  de l’information et « deviendront sélectifs dans leurs investissements informatiques », précisent  les rédacteurs des prévisions TIC pour le Maroc. Ils poursuivent : « Les entreprises réévalueront les avantages  des projets IT et se focaliseront sur l’optimisation pour réduire les coûts et l’efficacité opérationnelle. Le marché qui,  historiquement est dominé par les investissements dans l’infrastructure matérielle, verra la contribution des  services informatiques augmenter ». ■

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Rita Saher, une pianiste au talent hors-norme

Article suivant

L’indemnisation corporelle automobile se fera autrement