Entreprises & Marchés

Les prix par quartier à Agadir


Immobilier. La Direction générale des impôts (DGI) a publié l’argus des prix de l’immobilier d’Agadir, une mine d’informations sur l’état des lieux du secteur, dans la première station balnéaire du Royaume. Quels sont les prix par quartier ? Quid du palmarès des zones les plus chères ? Quelle tendance des prix ?  par ADAMA SYLLA

L’immobilier dans la capitale du Souss n’est toujours pas tiré de sa mauvaise passe qui se prolonge depuis trois ans, du moins pour les promoteurs et notaires, ainsi que les courtiers immobiliers. Ces derniers ont encore réduit le rythme des nouveaux projets. En effet, les nouveaux projets sont lancés au compte-gouttes. Parmi eux, le projet du groupe Belhassan sur l’avenue Mouquaouama, le programme immobilier de la future station de Taghazout, ou encore celui du groupe émirati Tasweek, qui s’apprête à réaliser un projet immobilier multiservice pour un budget d’investissement de 55 millions de dollars. Cependant, pour tous les projets, la demande est clairsemée, selon les opérateurs qui soulignent que « seul le logement social sort du lot, même si ce n’est plus comme avant».
Face à cette demande qui se manifeste de moins en moins, s’ajoute également une caractéristique propre à Agadir: l’achat de terrain et l’auto-construction séduisent plus que l’acquisition de logements réalisés par des promoteurs. Résultat des courses : certains promoteurs ont annulé même leur projet de construction et opté pour le lotissement. Mais sur ce segment aussi, les prix des terrains ont  stagné. « Il faut compter deux millions de DH pour un terrain de 1,5 ha aménagé en périphérie », renseigne un agent immobilier.
Quoi qu’il en soit, le  Référentiel des prix des transactions immobilières d’Agadir, publié récemment par la Direction générale des impôts (DGI), confirme cette tendance (voir tableaux). Les prix des terrains pour les zones villas oscillent entre 4 000 DH/m2 (Hay Assaka, lotissement Bir Anzarane) et 7 000 DH (quartier Founty).  Ceux-ci varient de 4 000 DH/m2 (Ancien Tikiouine) à 20 000 DH/m2 (Av Hassan 1er) pour les zones immeubles.
A côté de l’offre de terrains, l’on note également celle concernant les maisons que la DGI définit comme étant «un bâtiment destiné à être la demeure d’une famille, voire de plusieurs, et qui n’est pas un immeuble en copropriété ». Et l’on note une certaine suroffre pour ce type de biens où les prix débutent à 7 000 DH/m2 (maison neuve), 6000 DH/m2 (récente), 5 500 DH/m2 dans le quartier «Ancien Tikiouine» avant d’atteindre un plafond de 15 000 DH/m2 (neuve), 14 000 DH/ m2 (récente), 12 500 DH/m2 (ancienne) dans la zone délimitée par «Talborj, Av « Moulay Abdellah, secteur mixte, cité extension, El Menzah, Av 29 février et Partie Sud».
Il faut dire qu’aujourd’hui, c’est pour toutes ces raisons que les prix ont reculé dans la capitale du Souss d’environ 10 à 20 %, si l’on compare les prix de l’Argus de l’immobilier de Challenge de 2012, données du Référentiel des prix des transactions immobilières de la DGI.

La marina résiste

Pour les agents immobiliers d’Agadir, il faut plutôt voir par là, un retour à la normale des prix qui correspondent mieux à la valeur du produit. C’est ainsi que certains quartiers restent très prisés, surtout dans les zones du centre-ville et quartiers mitoyens où l’offre d’appartements comprend un large éventail de prix, allant de 11 000 à 30 000 DH/m2. La marina d’Agadir, seule zone ayant résisté à la baisse et où les prix stagnent pour l’heure, reste le quartier le plus cher d’Agadir (voir palmarès des quartiers les plus chers). Il faudra débourser pour un appartement récent (achevé depuis plus de six ans au moins) pas moins de 30 000 DH/m2 (avec vue sur mer), 25000 DH/m2 (vue sur bassin ou piscine) ou encore 21 000 DH/m2 (autres). Sur l’Av Mohammed V, les prix sont compris entre 17000 et 23 000 DH/m2, selon que l’appartement est ancien, récent ou neuf. Idem pour l’Av Hassan II où les prix se situent entre 12000 et 18 000 DH. Le quartier, réputé pour être l’une des zones les plus chères à Agadir, a vu ses prix, qui avoisinaient entre les 18 000 DH/m² et 22 000 DH/m² en 2012 (Argus de l’immobilier de Challenge), passer entre 12 000 DH/m² et 18 000 DH/m².
Il reste qu’on peut toujours trouver des niveaux de prix bas dans les quartiers périphériques comme Al Massira, Hay Dakhla ou encore Lakham 1 et 2. Dans ces quartiers, les prix sont dans une fourchette de 7 000 à 8 000 DH/m2, selon que l’appartement est ancien, récent ou neuf.
En revanche, si l’on se tourne vers la catégorie des villas, on remarque que leur prix a stagné. Cité Suisse, reste la zone villa la plus chère car le prix du m² est de 25 000 DH pour un bien récent.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Bientôt une réforme de la filière du blé tendre

Article suivant

Matériel médical : Philips Healthcare s’installe en propre