Pandémie

Les professionnels du tourisme poussent pour la réouverture des frontières

Les opérateurs touristiques sont dans l’expectative et manquent de visibilité alors que toutes les destinations concurrentes sont à pied d’œuvre pour la campagne d’été en communiquant sur l’ouverture de leurs frontières. Certains pays ont annoncé qu’ils accueilleront les touristes vaccinés sans condition dès cet été. La Confédération nationale du tourisme (CNT) s’apprête à faire une sortie pour plaider pour une levée des restrictions aux voyages au niveau national et international.


Les professionnels du tourisme n’en peuvent plus. La Confédération nationale du tourisme (CNT) va organiser mercredi, 26 mai, à Casablanca une conférence de presse sur les restrictions aux voyages au niveau national et international, qui affectent leur secteur. Contacté pour avoir plus de détails sur l’ordre du jour de cette rencontre, Abdellatif Kabbaj, Président de la CNT, ne souhaite pas aborder la question, préférant donner rendez-vous à mercredi prochain. Mais selon certains membres du bureau de la confédération, leur secteur a besoin de visibilité quant à la levée des restrictions liées à l’accessibilité de la destination Maroc et à la mobilité à l’intérieur du pays. Car, selon eux, tout se joue maintenant, et il ne faut pas perdre de temps pour pouvoir sauver les meubles. « Toutes les destinations touristiques concurrentes sont à pied d’œuvre pour la préparation de l’été en communiquant d’abord sur l’ouverture de leurs frontières », précise un membre de la CNT, qui appelle les autorités à faire, urgemment, preuve de réactivité. Pour cet autre membre de l’organisation, « le Maroc qui a bien réussi sa campagne de vaccination, risque de rater le coche des vacances d’été de la clientèle européenne, ce qui serait synonyme d’une deuxième année blanche ».

Lire aussi| Aéroport Mohammed V : le nouveau terminal dédié aux vols intérieurs est opérationnel

Il faut dire qu’un sentiment d’impuissance semble s’emparer de plusieurs professionnels qui assistent à un positionnement des destinations concurrentes, particulièrement méditerranéennes, en programmant leurs marchés. En effet, certains pays, comme l’Espagne ou encore la France, ont annoncé qu’ils accueilleront les touristes vaccinés sans condition dès cet été. Par exemple, depuis le 30 mars 2021, les autorités marocaines ont décidé de suspendre, dans les deux sens, la totalité des liaisons aériennes entre le Maroc et la France, premier marché émetteur de touristes vers le Royaume. Les liaisons maritimes sont également suspendues jusqu’à nouvel ordre.

12 milliards de DH de perte en l’espace de trois mois

En l’espace de trois mois, le secteur marocain du tourisme a perdu près de 12 milliards de DH. En effet, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, les recettes touristiques ont accusé un retrait de 69,1% au cours du premier trimestre 2021, soit une perte de 11,9 milliards de DH. « Au cours du premier trimestre 2021, l’évolution des indicateurs du secteur touristique a été affecté par le renforcement des restrictions aux trafics aérien et maritime de passagers après un assouplissement au quatrième 2020 et ce, suite au développement de nouveaux variants de la Covid-19 et à l’aggravation de la situation sanitaire chez nos principaux partenaires, particulièrement, en Europe », explique la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de mai 2021. 

Lire aussi| Espagne : les ambassadeurs espagnols en Europe sommés de contrer l’offensive diplomatique du Maroc

Par ailleurs, au terme des deux premiers mois de cette année, les arrivées touristiques au Maroc se sont repliées de 81,5% (-91,9% pour les touristes étrangers et -65,4% pour les MRE) et les nuitées ont reculé de 78,1% (-92,3% pour les non-résidents et -43,8% pour les résidents), fait savoir la même source.  Toutefois, cette évolution pourrait s’améliorer au deuxième semestre de l’année 2021 au vu du bon déploiement de la campagne de vaccination contre la covid-19, mais devrait être tributaire de l’évolution du niveau de levées des restrictions aux voyages au niveau national et international et de l’évolution des nouveaux variants de la covid-19, relève la DEPF, notant que selon le classement du 17 mai dernier du spécialiste en ligne de voyages « Tourlane », le Maroc a été placé quatrième parmi les lieux les plus sûrs où voyager dans le contexte de la Covid-19, après avoir été classé 9ème à la mi-février, deux semaines après le début de la campagne vaccinale.

Lire aussi|Tebboune agonise : une Algérie en pleine récession économique [par Mehdi Hijaouy]

 
Article précédent

Aéroport Mohammed V : le nouveau terminal dédié aux vols intérieurs est opérationnel

Article suivant

«Mon histoire avec les médicaments», une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 9]