Non classé

Les recommandations du conseil d’affaires maroco-saoudien

Le conseil d’affaires maroco-saoudien relevant du conseil des chambres saoudiennes s’attend à un grand développement des relations économiques entre les deux pays lors des prochaines années, dans le sillage de l’importance accordée par le secteur des affaires des deux Royaumes à l’investissement commun. C’est ce qui ressort de son rapport sur les relations entre les deux pays.


Ce développement est illustré dans ledit rapport du conseil qui a passé en revue les réalisations de l’actuelle session allant de 2013 à 2016 et l’intérêt grandissant manifesté par le secteur saoudien des affaires aux initiatives entreprises par le Maroc en vue d’encourager les investissements, notamment à travers les facilités fiscales, outre les stratégies sectorielles adoptées par le Maroc et les opportunités offertes aux investisseurs saoudiens.
Dans ce sens, le conseil a appelé à la consolidation des relations économiques entre les deux Royaumes sur le plan gouvernemental et des affaires, à même d’asseoir les bases d’une alliance stratégique qui protège les intérêts des deux pays. Il a aussi recommandé de baliser la voie pour le développement du commerce bilatéral et l’encouragement des investissements privés dans les ports, le renforcement de la navigation maritime et la création d’une liaison maritime entre les deux pays.

Parmi les autres recommandations du rapport, l’impératif de faciliter les investissements à fort impact économique et social à long terme, encourager le secteur privé à investir dans le domaine industriel productif et des services, de financer les petites et moyennes industries, de développer l’échange commercial des biens et services, de renforcer les exportations et de développer les industries du futur et les villes technologiques. Le développement du secteur du transport en termes de législation, de mesures, lois et conventions, outre la présence de flottes maritimes conjointes, figurent également parmi les recommandations formulées par le conseil, qui propose également la création d’un portail électronique comprenant une base de données des sociétés industrielles, agricoles, de services et immobilières désirant investir ou ouvrir des filiales à l’étranger, notamment au Maroc et servant de guide aux investisseurs des deux pays.
Le conseil a précisé que le développement des relations économiques passe par la création d’un environnement médiatique à même d’encourager les investisseurs dans les deux pays, développer les échanges commerciaux bilatéraux afin de promouvoir les relations commerciales maroco-saoudiennes au niveau des relations politiques distinguées qui les unissent, sans parler de l’importance de poursuivre l’élan d’amélioration du climat de l’investissement privé dans les deux pays afin de parachever le système législatif y afférent.

Ces recommandations devraient améliorer davantage les investissements. La période (2013-2016) a connu une  hausse significative des investissements saoudiens. Elles ont ainsi dépassé lors des deux dernières années 2 milliards de dollars dans les domaines de l’énergie, la production agricole, l’industrie et l’immobilier.

Le volume des échanges commerciaux bilatéraux a lui aussi connu une amélioration notable d’autant plus que les importations du Maroc de l’Arabie Saoudite ont été diversifiées, récemment, comprenant les produits pétroliers qui arrivent en tête des matières importées avec 2,1 milliards de dollars, soit 60% des importations marocaines de pétrole brut, tandis que les principales exportations marocaines vers l’Arabie Saoudite se constituent du prêt à porter, des agrumes, de l’acide phosphorique et des poissons.

C’est le cas aussi échanges commerciaux. Le rapport prévoit leur augmentation de pas moins 20% après la mise en service de la liaison maritime entre les deux pays, outre la création de nouvelles opportunités d’investissements dans le cadre de la hausse prévue des financements des projets convenus entre les deux parties.

 
Article précédent

« L’objectif en 2017 sera d’élargir Fpay.me à un maximum de commerces et de services »

Article suivant

Préparer votre budget : casse-tête ou opportunité de progrès