IT

Les startups marocaines s’invitent chez Airbnb

Au 999 rue Brannan, en plein cœur du quartier d’affaires SoMa, à San Francisco, se trouve un édifice qui s’articule autour d’un grand hall central très lumineux.


Un mur végétal bien en vue sur l’une des façades plonge vers le rez-de-chaussée du bâtiment. De larges baies vitrées laissent voir plusieurs salles de réunion. Bienvenue à Airbnb. Un bâtiment de plus de 15.500 m2, assez grand pour accueillir les 1500 collaborateurs de la licorne. Un cadre de travail atypique mais très inspirant qui séduit les startuppeurs marocains, en séjour d’immersion à la Silicon Valley. Qui du coup ont du mal à croire que quelqu’un bosse là-dedans. Et pour cause : « Les salles de réunion sont la reproduction à l’identique des logements les plus demandés de notre site », explique Sarah Hardy en charge de notre visite guidée. Petit clin d’œil à la délégation marocaine, ce tour des locaux a commencé par la découverte de la salle « Merzouga », avec un décor typique des Kasbahs du Sud. D’autres salles de réunion, dans un esprit « comme à la maison », reproduisant des maisons situées à Bali ou encore à Amsterdam, ainsi que plusieurs cuisines accessibles à tous les employés et proposant gratuitement des fruits, des snacks, des boissons… font en sorte que les collaborateurs s’approprient le slogan d’Airbnb « Belong anywhere » (être à sa place partout).

Startupeurs marocains au siège de Airbnb
Startupeurs marocains au siège de Airbnb

Après le tour du proprio, une discussion animée s’est développée à partir d’une session de questions-réponses entre la manager au sein d’Airbnb et les entrepreneurs marocains. Les échanges ont porté sur les facteurs clés de succès de la startup californienne, tels que sa « stratégie de prix imbattables », ou « son algorithme secret qui lui permet de remonter les offres les plus pertinentes ». Le débat a également porté sur les enjeux de la plateforme, ses opportunités, ainsi que sa politique de non discrimination pour contrer les formes d’intolérance dont sont victimes certaines ethnies lorsqu’ils tentent de réserver sur la plateforme. Sarah Hardy a listé les expériences pilotes dans le cadre de la diversification de l’entreprise avant de conclure que « Airbnb continue de réinventer le voyage en menant de nouvelles idées qui pourraient éviter aux voyageurs les programmes trop cliché et déjà-vu et améliorer leurs expériences ».

Pour la rigueur historique, l’aventure débute en 2007, lorsque Brian Chesky et ses collègues proposent leurs matelas aux participants d’un salon professionnel de San Francisco. Tous les hôtels étaient complets. Ils lancent dès lors « Airbedandbreakfast.com », littéralement « matelas gonflable et petit déjeuner ». Le concept permet à des particuliers d’afficher un logement à louer sur le site Airbnb. L’entreprise est responsable de gérer les réservations et de recueillir l’argent. 10 ans après, Airbnb vient de finaliser une nouvelle levée de fonds de 1 milliard de dollars. Cette énième augmentation de capital porte le montant total des fonds levés, depuis sa création, à 3 milliards de dollars ; valorisant la pépite californienne à 31 milliards de dollars. En 2016, le premier hôtelier mondial affiche 80 millions de clients.

DNES à la Silicon Valley : Badya Khalid

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L'AFD va porter ses prêts au Maroc à hauteur de 400 millions d'euros par an

Article suivant

Attijariwafa bank met en place le Plan Offshore