Finance ParticipativeFlash-eco

Les sukuks corporate arrivent

Les banques participatives, les groupes immobiliers et autres organismes privés devraient bientôt se lancer sur ce nouveau créneau qui va notamment leur permettre d’avoir du cash pour investir. Le particulier aussi y trouvera son compte.  


Le Maroc devrait effectuer sa première émission de sukuk ce mois-ci. Selon plusieurs sources proches du dossier, tout est déjà mis en œuvre de sorte à ce que l’opération se fasse dans les meilleures conditions. Mais, d’aucuns estiment que le limogeage de Mohamed Boussaid, qui a piloté l’opération de bout en bout, peut constituer un facteur de retard dans le lancement, dans la mesure où Mohamed Benchaâboun, nouveau ministre de l’Economie et des Finances, pourrait avoir besoin d’un peu plus de temps avant de donner son feu vert. Une chose est sûre, c’est que le marché attend avec impatience la mise en place effective de mécanisme qui permettra de favoriser le refinancement des banques participatives, et surtout de compléter l’écosystème de la finance participative. Toutefois selon l’Association marocaine des professionnels de la finance participative (AMFP), l’autre nouveauté qui est aussi très attendue, cette fois-ci par les particuliers et les organismes privés notamment, concerne les « sukuks corporate ». Contrairement aux sukuks souverains, destinés à des investisseurs qualifiés tels que les compagnies d’assurance et autres, que lancera l’Etat, les « sukuks corporate » s’adressent à la micro-économie (particuliers, PME, groupes privés…). « Le particulier profitera ainsi des parts d’OPCI émises par les organismes de placements collectifs en immobilier, puisqu’ils seront habilités à émettre des sukuks, exactement comme ce que va faire l’Etat marocain pour les sukuks souverains. Le particulier sera donc servi à travers ces OPCI et les investisseurs qualifiés à travers les sukuks souverains de l’Etat. Il faut savoir qu’à la longue, les organismes privés, notamment les grandes entreprises telles que les banques participatives, les groupes immobiliers…vont également pouvoir émettre des sukuks corporate », explique Saïd Amaghdir, président de l’Association marocaine des professionnels de la finance participative (AMFP).

Un marché mondial très dynamique

Il ajoute aussi que l’émission de sukuks que s’apprête à faire le Maroc va permettre d’avoir une idée plus précise sur le rendement de ces sukuks souverains, et que cela va constituer une base pour les prochaines émissions de sukuks notamment les sukuks corporate. Selon lui, les sukuks corporate vont voir le jour juste après le lancement des sukuks souverains, c’est-à-dire dans quelques semaines ou tout au plus dans quelques mois. Saïd Amaghdir précise aussi que quelques banques participatives s’apprêtent d’ores et déjà pour lancer très rapidement des sukuks corporate pour financer leurs opérations. « De même, les gros promoteurs immobiliers doivent aussi y penser parce que cela va leur permettre d’avoir du cash pour investir », renchérit le président de l’AMFP. Soulignons que le marché des sukuks corporate à l’échelle mondiale est très dynamique. En 2016, les émissions de sukuks réalisées par les entreprises à l’échelle mondiale ont atteint un volume record de 47,3 milliards de dollars, selon une étude du Centre financier islamique international de Malaisie (MIFC), qui ajoute que ce montant représente 63,2% du montant total des émissions de sukuks (souverains et corporate) réalisées en 2015.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le belge Orone cède sa filiale Fedaso Maroc

Article suivant

Meryem Alaoui : naissance d’une romancière