Flash-ecoHôtellerie

Les unités du Club Med au Maroc valorisées à 500 millions de DH

Cinq ans après avoir pris le contrôle à 100% du capital de la Société Immobilière de la Mer (SIM), Madaëf absorbe cette filiale qui détient les murs de toutes les unités hôtelières arborant l’enseigne Club Med au Maroc.


En effet, ce fonds d’investissement créé à l’initiative de la CDG en 2006 vient de récupérer l’intégralité des actifs et des passifs de SIM, laquelle a été valorisée à l’occasion à près de 500 millions de DH. Cette opération de regroupement d’actifs vise à simplifier l’organigramme juridique et développer des synergies administratives et opérationnelles. Avec une quinzaine d’unités hôtelières totalisant plus de 5000 lits, Madaëf compte un des portefeuilles touristiques les plus importants au Maroc et ce, au coude-à-coude avec Risma (la structure foncière qui porte la quarantaine d’hôtels gérés par le français AccorHotels au Maroc). Les principaux fleurons de Madaëf et ses filiales sont : Globalia Saïdia, le Club Med Agadir, le Club Med Marrakech, le Club Med Yasmine Cabo Negro, le Méridien NFIS Marrakech, le Pullman El Jadida (exploité par AccorHotels) et le Club Issil Marrakech. Ce fonds au capital de 2,8 milliards de DH dispose, par ailleurs, de plusieurs unités en cours de construction à travers le royaume dont les futurs Marriott Rabat (premier établissement à arborer au Maroc cette enseigne américaine) et Oberoi Casablanca Marina.

Rappelons que SIM était à l’origine une filiale historique de Club Med à laquelle le groupe CDG s’est invité en 2005 à l’occasion d’une série apport d’actifs. Profitant de la volonté du Club Med de se recentrer au niveau mondial sur la gestion des unités hôtelières (en se délestant des murs de ses hôtels à des investisseurs spécialisés), le groupe public marocain est monté graduellement dans le capital de SIM en en devenant l’unique maître des lieux en 2012 après le rachat de la participation résiduelle du Club Med et des actions de la Banque européenne d’investissement qui y avait injecté quelques 50 millions de DH en 2005.

 
Article précédent

Al Omrane : plus de 72,5 milliards de DH investis sur les dix dernières années

Article suivant

Le pare-buffle non grata au Maroc