Blog de Jamal Berraoui

Les usurpateurs

Ce gouvernement adore la publication des listes. Après les agréments, les carrières, les fonctionnaires fantômes, le ministère de l’Education nationale vient de publier la liste des logements de fonction occupés illégalement. On y trouve de tout, du gardien retraité qui occupe une maisonnette à l’intérieur d’une école, à la villa luxueuse à Rabat.


Le cas le plus immoral est celui de hauts fonctionnaires, nommés sous l’ère El Ouafa, qui ont eu droit à un logement de fonction dans les villes d’affectation et qui continuent à occuper celui de Rabat. Le ministère leur lance « un appel » pour se conformer au règlement. Rachid Niny, sur les colonnes d’Al Akhbar a raison de se demander « depuis quand, dans un état de droit, un ministre lance un appel à ses subordonnés pour appliquer la loi ? ».

En vérité, il y a deux cas distincts dans cette affaire, celui de retraités ou de familles de retraités qui ne peuvent pas souvent,  ne veulent pas parfois, quitter un logement parce que le locatif grèverait sérieusement leur pouvoir d’achat. Et celui des hauts fonctionnaires qui considèrent que leur affectation hors de Rabat, ne doit pas « gêner » leur famille, d’où leur propension à garder le logement de fonction à Rabat « pour les enfants » et à prendre celui accordé dans la ville de destination, « parce qu’il faut bien se loger ».

Mais derrière, il y a la perspective du transfert de propriété. L’on sait qu’une nouvelle opération se prépare et que le mode de calcul est très favorable au locataire. La villa qui, sur le marché coûterait des millions de dirhams est cédée pour une bouchée de pain. D’où l’intérêt de garder les logements de fonction dans les grandes villes où l’immobilier a explosé. Un calcul très simple démontre que le délégué d’Azilal ou de Settat a plus intérêt à se porter acquéreur de son logement de Rabat que de celui rattaché à sa fonction actuelle. Du point de vue du droit c’est de l’usurpation pure et simple. L’attitude du ministère n’est pas cohérente. Il doit d’abord les déloger, y compris par l’usage de la force publique, ensuite prévoir l’interdiction, dans la procédure de l’appropriation, l’exclusion de tous les cas. Le comble serait de gratifier les « squatters » par une manne immobilière !

 
Article précédent

Les trois leaders mondiaux unissent leurs forces

Article suivant

Sommaire Challenge #429