Bourse

Bourse: les valeurs de la semaine dernière

RISMA Le fonds hôtelier reprend des couleurs

Parmi les actions en croissance, c’est Risma qui enregistre la plus forte croissance en s’appréciant de 6,9% à 119,75 dirhams. Par rapport  au début de l’année, Risma affiche désormais une performance légèrement positive de 1,6%. Cette évolution  ne fait pas oublier la correction qu’a enregistrée le titre sur les 12 derniers mois. En effet, Risma a perdu plus de 42%. Actuellement,  Risma est attendu pour redresser enfin ses performances financières grâce à plus de réalisme dans son  programme d’investissement.


Sonasid Le cours n’arrête pas de fondre

Qu’arrive-t-il au sidérurgiste Sonasid ? Les actionnaires de la société sont un peu perdus face à la très forte  dépréciation de la société. En effet, son cours fond comme neige au soleil. Cette semaine où la plupart des grosses  capitalisations enregistrent une très légère baisse, la Sonasid s’est dépréciée de 24,5% en terminant la séance du mercredi  à 517,90 dirhams.

 

 

OULMES 66% en six mois

La Société des eaux minérales d’Oulmès est en hausse de 5,5% à 770 dirhams. Côté volume échangé, il n’y a guère de différence avec Risma, puisque ce sont à peine plus de 68.000 dirhams qui ont été échangés en cinq séances. C’est là que s’arrête la comparaison.En effet, au cours des six derniers  mois, Oulmès affiche une croissance de 66%, tiré vers le haut par des petits volumes échangés sur le
marché central.
 

 

BMCE bank 40% de moins en deux ans

La BMCE bank a perdu 5,6% pour terminer à quelque 143,50 dirhams. A ce niveau de cours, les nombreux investisseurs qui présentent un cours moyen  pondéré supérieur à 240 dirhams, ont une moins-value latente supérieure à 40%. Autant dire que certains y ont laissé  leurs économies, à condition toutefois de céder leurs actions, ce qui ne risque pas d’arriver. En effet, la BMCE continue d’être  considérée comme une valeur de fonds de portefeuille.  

 
Article précédent

Pour une diplomatie marocaine novatrice en Afrique Subsaharienne

Article suivant

L'Egypte, la Tunisie et nous