BTP

L’espagnol Copasa quitte le Maroc

Après le géant ACS (Actividades de Construccion y Servic) qui a réduit sa voilure au Maroc en y fermant  récemment une de ses entités, un autre opérateur espagnol du BTP lui emboite le pas. Il s’agit du groupe Copasa qui vient de tourner la page de sa « courte » présence au Maroc en liquidant sa seule filiale, en l’occurrence SA de Obras y servicios Copasa Maroc.


Depuis son implantation dans notre pays en 2010 à l’occasion d’un marché obtenu auprès de l’ex-ONEP (Office National de l’Eau Potable), pour la construction d’une station d’épuration d’eau potable à Beni-Mellal, ce groupe basé à Orense (en Galice au nord-ouest de l’Espagne) n’a point suffisamment consolidé sa présence alors qu’en parallèle, son internationalisation, notamment en Amérique Latine et au Moyen-Orient s’est considérablement accélérée.

Visiblement, Copasa aurait manqué de réussir dans un marché marocain du BTP assez concurrentiel et aurait décidé, par conséquent, de se concentrer sur d’autres contrées de la région MENA notamment en Algérie, au Qatar et en Arabie Saoudite où le groupe mène plusieurs projets concomitamment.

Rappelons que Copasa est un groupe de BTP spécialisé dans les routes, autoroutes, grands travaux pour énergie et eau potable, mais également ponts et autres ouvrages d’art. Depuis sa création en 1985, le groupe a connu un développement soutenu notamment, grâce à l’international qui représente aujourd’hui plus de la moitié de ses revenus et les deux tiers de son carnet de commandes qui totalise plus de 1,6 milliard d’euros (près de 18 milliards de dirhams).

A fin 2017, le chiffre d’affaires consolidé du groupe a atteint 329 millions d’euros (plus de 3,5 milliards de dirhams) pour un résultat avant impôts de 7,6 millions d’euros (performance fortement affectée par des pertes de changes importantes).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

CAN 2019 : On vous laisse découvrir les affiches des huitièmes de finale

Article suivant

Panne Cloudflare : pourquoi une partie du web était hors ligne mardi 2 juillet 2019