Automobile

L’espagnol FICOSA s’implante enfin au Maroc !

Annoncée il y a neuf ans déjà, l’implantation du groupe industriel espagnol, Ficosa International, vient à peine d’avoir lieu. En effet, cet équipementier automobile dont la création d’une filiale marocaine avait été donnée pour imminente par la presse ibérique en 2008, vient à peine de planter son étendard au Maroc ! Et c’est finalement à Rabat, et plus précisément à la nouvelle zone franche de Technopolis, que l’implantation de Ficosa a eu lieu et non pas à Tanger comme envisagé plusieurs années auparavant.


Le choix de Rabat est loin d’être anodin au vu de la relation industrielle étroite existant entre l’équipementier basé à Barcelone et le français PSA Citroën dont l’usine de Kénitra (à moins de 40 km de Technopolis) devra produire près de 100.000 véhicules dès sa première année d’entrée en service en 2019. Aussi, l’unité industrielle de Technopolis dont Ficosa International Maroc (FIM) s’apprête à lancer le démarrage de la construction, devrait avoir pour principal client PSAM (Peugeot Citroën Automobiles Maroc) auquel elle livrera, dans un premier temps, des systèmes de rétroviseurs, de communication et d’aération.

Rappelons que le groupe Ficosa fait partie du top 5 des équipementiers automobiles espagnols avec un chiffre qui a dépassé la barre du milliard d’euros en 2016 (plus de 11 milliards de dirhams) et un effectif de plus de 9.300 salariés répartis sur une vingtaine de pays à travers l’Europe, l’Asie, l’Amérique et, désormais, l’Afrique. Cette firme, dont les origines remontent à 1949 a développé un savoir-faire reconnu en matière des rétroviseurs, mais également dans les dispositifs basés sur des caméras. Il fournit aussi aux constructeurs automobiles des composantes pour freins, boites de vitesses et des batteries de véhicules électriques. En franchissant le détroit de Tanger pour ajouter le Maroc à son dispositif industriel, Ficosa emboîte le pas à d’autres mastodontes espagnols du secteur automobile tels CIE Automotive et Grupo Antolin qui comptent, à eux deux, trois usines à Tanger.

 
Article précédent

Abdelkrim Benatiq, un ancien syndicaliste au département des Affaires Etrangères

Article suivant

Dubli choisit le Maroc comme hub africain et arabe