Agro-Industrie

L’espagnol SERHS met un terme à son aventure marocaine

Le repli des ventes du jus industriel que le marché marocain enregistre depuis trois ans n’en finit pas de faire des victimes. En effet, après l’ex-leader Citruma dont l’accumulation des pertes a intimé aux actionnaires historiques de jeter l’éponge en cédant la marque phare Marrakech et les équipements industriels de l’activité jus au groupe Mutandis (pour ne garder que l’activité de concentré d’orange), c’est au tour du conglomérat espagnol SERHS de mettre à l’arrêt son usine de Tanger qui fabriquait du jus en format 1 litre (dit Tetra brick) sous sa marque Rostoy.


L’aventure entamée il y a dix ans en partenariat avec le groupe marocain Rahal Catering prend ainsi fin en laissant derrière elle une joint-venture qui a englouti plusieurs dizaines de millions de DH entre investissements infructueux et pertes abyssales. Aussi, avec des ventes qui n’ont jamais vraiment décollé et des pertes cumulées de près de 50 millions de DH, Fabrication de Jus au Maroc (dont l’espagnol SERHS détient le contrôle) ne s’est pas réellement imposée dans un marché marocain dominé par le trio AJP (marque Valencia), Coca-Cola (marque Miami) et Moroccan Food Processing (marque Al Boustane). Pire encore, ce seul fabricant de jus basé au Nord du pays, et contrairement au vœu de ses fondateurs, n’a jamais pu enrayer la déferlante de contrebande de jus à base de fruits venant des enclaves Sebta et Melilia.

Rappelons que depuis 2014, le marché du jus de fruits industrialisé a accusé une baisse moyenne de plus de 5% en volume, ce qui a fait chuter la production globale à moins de 80 millions de litres en 2016 (contre près de 100 millions de litres en 2013). Quant au groupe espagnol SERHS, qui brasse plusieurs activités (dont l’industrie, l’hôtellerie et le tourisme) pour un chiffre d’affaires consolidé de 452 millions d’euros (plus de cinq milliards de DH), il n’est pas à sa première déconvenue au Maroc après y avoir lancé en parallèle une activité d’agence de voyages, mais qui a également fait long feu.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

BMCE Bank of Africa soutient l'économie circulaire

Article suivant

Deuxième édition de l’Africa It Expo sous le signe de l’innovation et de l’excellence