Ferroviaire

L’excès de vitesse derrière le drame de Bouknadel

L’excès de vitesse, qui a atteint 158 km/h sur le lieu du déraillement du train à Bouknadel où la vitesse maximale est limitée à 60 km/h, est la cause de l’accident, a indiqué le procureur du roi près le tribunal de première instance de Salé.


« L’enquête menée par les services de la police judiciaire de la Gendarmerie royale au sujet du déraillement du train navette rapide (TNR) reliant Rabat à Kénitra au niveau de Bouknadel a révélé que l’excès de vitesse (…) est la cause du déraillement du train dont la locomotive a heurté un pont, faisant sept morts parmi les passagers du train et 125 blessés », a annoncé le procureur du roi près le tribunal de première instance de Salé dans un communiqué rendu public mardi.

Le parquet a inculpé le conducteur du train des chefs d’accusations d’homicide et de blessures involontaires, des délits dont les peines sont prévues par les articles 432 et 433 du Code pénal, et l’a déféré en état d’arrestation devant le tribunal de première instance de Salé pour être jugé conformément à la loi.

Pour rappel, le drame survenu mardi 16 octobre 2018 avait fait 7 mort et 125 blessés.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Abdelaziz Mantrach, nouveau président de FONASBA

Article suivant

Championnat arabe de golf : la Fédération félicite les joueurs marocains