Industrie

L’indien Sumilon Industries met en vente sa filiale tangéroise

Trois ans à peine après y avoir posé son baluchon, l’indien Sumilon Industries envisage déjà de quitter le Maroc.


En effet, ce groupe spécialisé dans la fabrication de résine plastique a mis en vente sa filiale Sumilon Eco Pet dont il avait inauguré en 2015 l’unité industrielle basée à Tanger Automotive City (la zone franche ouverte implantée à proximité de l’usine Renault de Tanger Med).

Ce changement soudain de fusil d’épaule fait suite à une nouvelle politique de recentrage industriel sur quelques marchés stratégiques adoptée récemment par le groupe basé à Surate (ville de l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde). Pour l’instant, l’option la plus sérieuse en cours d’exploration pour se départir de cette filiale qui fabrique la résine de polyéthylène téréphtalate (PET) alimentaire à partir de plastiques usagés (notamment les bouteilles en plastique des eaux minérales et des sodas) est une opération de management buy out qui consiste à la vente de la majorité du capital en management en place qui a souhaité reprendre le flambeau. Il faut dire que Sumilon Eco Pet qui a investi plusieurs dizaines de millions de DH n’est pas encore rentable avec un chiffre d’affaires 2017 qui ne dépasse pas encore 70 millions de DH. Ce qui réduit naturellement le spectre des acheteurs potentiels. Mais selon des sources proches du dossier, cette entité qui s’étend sur un site de plus 15.000 mètres carrés et emploie une centaine de salariés connaît une croissance exponentielle et devrait dépasser la barre de 100 millions de DH dès cette année (dont une bonne partie à l’export).

Rappelons que le groupe Sumilon Industries est surtout connu en Inde pour être le leader des films d’emballage métallisés (un produit d’emballage alimentaire très technique) dont il détient 35% du marché. En dehors de son marché domestique, le groupe exporte dans une vingtaine de pays à travers le monde. Sumilon Eco Pet a été la première expérience industrielle du groupe en dehors de son marché local.

 
Article précédent

Artisanat : les exportations ont le vent en poupe

Article suivant

Il fait l’actu : Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers