Flash-ecoIngénierie

L’ingénieriste français Parlym débarque au Maroc

Les ingénieristes français s’intéressent de plus en plus au marché marocain.


En effet, après Ingénierie 84, Ingerop (pour ne citer que ceux qui y ont récemment planté leur étendard ou cherché activement à le faire), c’est au tour du groupe Parlym International, un spécialiste de l’ingénierie industrielle, de créer une filiale basée à Casablanca.

Dénommée Parlym Maroc, cette nouvelle entité aura pour mission de pousser sur le territoire marocain les offres de sa maison mère et qui s’articulent principalement autour des études d’ingénierie classiques, des missions EPC (réalisation clés en main de projets industriels), de l’assistance technique et des prestations d’inspection et maintenance.

Il faut dire que la société créée à Marseille il y a plus de quarante ans, connait déjà le marché marocain pour y avoir accompagné par le passé plusieurs clients, notamment dans le secteur pétrolier, tels la Samir, Salam Gaz ou encore Mobil.

Mais en y investissant dans une entité et des équipes permanentes, Parlym International confirme un intérêt croissant pour un pays qui a une feuille de route industrielle assez ambitieuse (incarnée dans le fameux Plan d’Accélération Industrielle) et qui compte une stratégie énergétique des plus volontaristes.

Rappelons qu’en dehors de son marché domestique, Parlym International est présent dans huit autres pays à travers l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Afrique où il ne compte pas moins de cinq implantations (outre le Maroc) à savoir la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Sénégal, l’Île Maurice et le Cameroun.

Le groupe qui emploie plus de 600 salariés (dont principalement des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés) et revendique un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros (près de 1,1 milliard de DH) fait partie du réseau Bpifrance Excellence que sponsorise la banque publique éponyme, afin de développer l’offre et le savoir-faire français à l’étranger.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Réchauffement climatique : le Maroc parmi les bons élèves

Article suivant

Atlantic Dialogues à Marrakech : surmonter les points de rupture dans la région de l'Atlantique