Agriculture

L’initiative Al Moutmir au service de l’agriculture durable

Al Moutmir, est une illustration concrète d’un nouveau mode d’action mobilisant de manière scientifique des ressources dans la lutte contre la précarité des petits agriculteurs, tout en assurant la préservation de l’environnement.


À travers le dispositif Al Moutmir et avec l’appui de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguerir, OCP met à la disposition des agriculteurs, une offre intégrée d’analyse des sols en mobilisant une flotte de laboratoires mobiles. Aller sur le terrain, convaincre et répondre aux besoins prioritaires des agriculteurs, en mettant à leur disposition des connaissances scientifiques pratiques. Cette démarche a tendance à devenir systématique et préalable à toute décision de fertilisation respectueuse de la durabilité des ressources naturelles tout en permettant des rendements optimaux.

Lire aussi | Souss-Massa : voici le guide du foncier industriel [Document]

Le but ainsi clairement consacré, est le développement d’une agriculture fondée sur une pratique scientifique, résiliente et durable. Le « productivisme aveugle », souvent destructeur des écosystèmes, est ainsi en voie d’être dépassé. Le dispositif Al Moutmir cible en priorité les grandes familles de cultures : céréales, légumineuses, arboriculture et maraichage. Durant la saison agricole 2020-2021, l’objectif à atteindre, a été chiffré à 30 000 analyses de sols. Les unités mobiles, chargées des opérations d’analyse des sols, sont équipées du matériel de laboratoire de dernière génération pour effectuer l’ensemble des analyses physico-chimiques du sol. L’offre gratuite Al Moutmir va de l’échantillonnage à la restitution des résultats et au suivi de la mise en œuvre des recommandations de fertilisation. L’opération n’est pas exclusivement technique. Elle englobe aussi des objectifs de vulgarisation et d’adhésion des agriculteurs, appelés à devenir des leaders locaux dans le transfert du savoir-faire, la pérennisation de l’offre et l’accompagnement du plus grand nombre possible d’agriculteurs dans tout le Royaume.

Lire aussi | Transport aérien : nouvelle condition d’accès au territoire marocain pour les voyageurs

Enfin, la digitalisation offre la possibilité de constituer un big data en vue d’enrichir la base de données des sols du Maroc et de doter la recherche scientifique d’un outil fiable assurant la pertinence des décisions à prendre, dans l’optique d’assurer simultanément croissance du rendement des cultures et préservation des ressources naturelles. Ce qui doit permettre d’améliorer qualitativement le bien être des agriculteurs et de consacrer pleinement le principe de durabilité des écosystèmes.

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mardi 10 novembre

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc : 5461 nouveaux cas, 270.626 au total, mercredi 11 novembre à 18 heures