Actualités

L’initiative Triple A : L’agenda de l’action

Les travaux du Sommet de Haut Niveau dédié à l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture en Afrique (« Triple A ») qui se déroule depuis hier à Marrakech, ville africaine qui accueillera la 22ème Conférence des Parties ou COP22, conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, dans un peu plus d’un mois, se poursuivent ce matin par une conférence portée au plus haut niveau aujourd’hui, lors d’une table ronde ministérielle regroupant les Ministres de l’agriculture de près de trente pays africains.


L’allocution d’ouverture a été particulièrement marquée par les discours de Salaheddine Mezouar, Président de la COP22, Aziz Akhannouch, ministre marocain de l’agriculture et de la pêche maritime, Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre Ivoirien de l’agriculture et du développement rural et Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP.

Pour tous les intervenants, l’initiative Triple A est une ambition forte et la Clé de succès de la coopération Sud-Sud. Comme l’a rappelé M. Coulibaly, la mobilisation doit être de rigueur car l’agriculture et l’adaptation aux changements climatiques ont malheureusement été peu prises en compte dans l’accord même de Paris. Aussi, selon M. Akhannouch, l’initiative Triple A propose d’agir sur deux volets : le volet Négociations pour mettre l’adaptation de l’agriculture africaine au cœur des enjeux des COP et obtenir une répartition équitable des fonds climat ; et le volet Solutions pour promouvoir et favoriser la mise en œuvre de projets concrets et innovants en matière de gestion des sols, de maitrise de l’eau agricole, de gestion des risques climatiques et de renforcement des capacités et solutions de financement.

Cette session a été aussi l’occasion pour M. Tarrab de faire l’état des lieux de l’agriculture africaine et de présenter l’action, sur le terrain de l’OCP, partenaire clé de l’initiative Triple A. M. Terrab a rappelé que l’OCP est très engagé et présent en Afrique. Sa feuille de route se focalise sur l’un des piliers phares du développement économique : l’agriculture. Pour cela, l’OCP a fait appel à une fertilisation raisonnée en Afrique à travers la production d’engrais adaptés aux sols et aux cultures locales et accessibles aux fermiers africains. L’action du groupe s’accompagne également de mécanismes d’appui aux agriculteurs (carte de fertilité, Caravanes OCP, etc.).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Challenge 571

Article suivant

Brahim Zniber n'est plus