Conférences et Séminaires

L’Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]

L’Institut CDG  a entamé, mardi 20 avril, la saison 2021 de son cycle de conférences «Regard vers le futur». Placée sous le thème «la ville de demain sera inclusive, verte et intelligente», cette rencontre a vu la présence d’éminentes personnalités suivies par de très nombreux internautes, dans le cadre d’un webinaire.


Faut-il souligner qu’à travers son cycle de conférences «Regard vers le futur», l’Institut CDG entend mettre en relief les dynamiques socio-économiques qui contribuent actuellement à bâtir la société marocaine et au sein de laquelle les questions démographiques, écologiques, sanitaires, éducatives, technologiques et entrepreneuriales revêtent une importance capitale. Pour mener à bien cette conférence digitale, l’Institut CDG a pris soin de réunir un panel de spécialistes au rang desquels Amine El Hajhouj, Directeur Général de la Société d’Aménagement de Zenata – Groupe CDG, Aziza Akhmouch, Cheffe de la Division Villes, Politiques urbaines et Développement durable au sein du Centre pour l’Entrepreneuriat, les PME, les Régions et les Villes de l’OCDE.

Mohamed Sefiani, Maire de Chefchaouen, Président du Forum des villes intermédiaires de CGLU et de l’Association marocaine pour des écovilles (AMEV) a pris part également à cette conférence digitale, au même titre qu’Isam Shahrour, Professeur en Génie civil et Smart city à l’Université de Lille. Un webinaire qui a vu également la présence de notre confrère Aziz Boucetta, Directeur de Panorapost, en tant que modérateur de cette rencontre. Un panel extrêmement complémentaire et varié réunissant des experts émanant du milieu universitaire, d’un organisme international, du secteur public marocain et de la collectivité locale.

Lire aussi |Votre e-magazine Challenge du vendredi 23 avril 2021

Ce webinaire a été l’occasion de questionner le concept de « la ville durable ». Les quatre experts qui y ont pris part ont exploré différents modèles de développement urbain, particulièrement ceux développés par des villes reconnues pour leurs efforts en matière de lutte contre le changement climatique, d’inclusion sociale et d’utilisation des nouvelles technologies. L’objectif partagé par tous est de continuer à créer de la richesse économique et de répondre aux attentes des populations citadines, tout en assurant un développement respectueux de l’environnement.

Les changements organisationnels, technologiques et sociétaux des villes sont ainsi induits aujourd’hui par leur volonté d’être une partie de la réponse au changement climatique et de leur ambition de continuer à améliorer les conditions de vie de leurs citoyens. Plusieurs villes ont fait preuve de proactivité et d’agilité et ont exploité le fort potentiel offert par le développement technologique afin d’imaginer des solutions innovantes pour améliorer les résultats de développement urbain et accroître l’efficacité des services publics.

Au sortir de ce webinaire, les intervenants ont été unanimes sur le fait que de grands espoirs sont portés sur la ville de demain. Il en ressort que les défis sont énormes, mais la confiance dans la capacité de l’individu  à les dépasser est partagée par tous. Les intervenants qui ont souligné également qu’il y a une prise de conscience collective quant à l’importance de la démocratie locale et participative et de la nécessité d’impliquer la société civile et les citoyens dans le processus de prise de décision. Par ailleurs, il insiste sur le fait qu’il faille développer la coordination entre les différentes parties prenantes à l’échelle des villes, mais aussi entre les gouvernements centraux et locaux. La gouvernance représente un enjeu de taille !

Lire aussi | Le français Chryso concrétise son projet d’implantation au Maroc

Reste à œuvrer dans le sens de la généralisation du vivre ensemble et diminuer donc les fractures sociales qui existent entre les différentes catégories socio-professionnelles de la société. Le panel d’expert s’est accordé à dire que la persistance des inégalités est une bombe à retardement.

Il faut également contextualiser les défis urbains, car les priorités ne sont pas les mêmes pour toutes les villes, particulièrement pour celles qui sont situées dans les pays en développement. Enfin, et de l’avis de tous, la ville intelligente doit placer les usagers au centre des solutions proposées, les nouvelles technologies doivent être un outil au service du renouvellement du lien social. Le simple transfert de la technologie en milieu urbain n’est pas suffisant et ne fait qu’accroître la défiance des usagers.

 
Article précédent

Sahel : de no man's land à no man's power

Article suivant

Maroc Telecom : les résultats tirés par l’activité à l’international