Poste

Logistique des colis : Barid Al Maghrib lance les armoires à consignes

Les consignes à colis vont-ils enfin faire leur apparition au Maroc ? En effet, avec l’appel d’offres que vient de lancer Barid Al Maghrib pour l’acquisition d’armoires de casiers destinés à servir de consignes pour livraison et récupération de colis, la logistique du dernier kilomètre risque de connaître un sérieux chamboulement.


De quoi s’agit-il en fait ? Il s’agit d’ « armoires » à casiers placées dans des lieux publics (gares, stations d’essence, aéroports, centres commerciaux…) où les clients des sites e-commerce ou tout simplement les récipiendaires d’expédition peuvent retirer leurs achats en ligne ou les colis qui leur sont destinés à l’aide de simples codes qu’ils peuvent recevoir sur leurs téléphones mobiles. Leur avantage est énorme par rapport au système classique de livraison à domicile ou même dans les points relais, lequel pullule depuis quelques années car ils permettent d’éviter les retours de marchandise à cause de l’absence des destinataires à leur domicile à l’heure des livraisons. Une des raisons d’ailleurs qui fait exploser le coût logistique des spécialistes comme Cathedis, For Livraison Express, Jumia et d’autres.

Lire aussi | La DGI proroge les mesures incitatives pour les personnes physiques nouvellement identifiées

Pour l’instant, rien ne filtre sur les intentions de Barid Al Maghrib quant aux sites où elle souhaite installer de telles armoires et si celles-ci seront exploitables uniquement par son activité Al Amana (service assurant la collecte, le transport et la livraison des colis et des documents partout au Maroc) et sa filiale SDTM, ou bien ce service novateur au Maroc sera-t-il également accessible aux concurrents privés ! Mais, si les emplacements sont bien choisis, il est fort à parier que les Marocains ne manqueront pas d’adopter massivement un tel moyen logistique à même de leur simplifier la vie à l’heure où l’achat en ligne explose dans le sillage de la crise sanitaire du Covid-19. En France par exemple, où les armoires à consigne ont débarqué il y a une quinzaine d’années, 1% des français y avaient encore recours en 2014 pour retirer leurs achats en ligne (loin derrière la livraison à domicile qui s’accaparait 80%). Trois ans plus tard, ce chiffre avait bondi à 11% alors qu’en 2020, les premières estimations tablent sur plus de 20%.

 
Article précédent

La DGI proroge les mesures incitatives pour les personnes physiques nouvellement identifiées

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du mercredi 28 avril 2021