LogistiqueSPECIAL Transport & Logistique

Logistique urbaine : Casablanca ouvre le bal

Le Maroc a élaboré une vision nationale pour la structuration de la logistique urbaine. Cette vision se traduit par un plan d’action visant à instaurer au sein des villes marocaines des pratiques logistiques optimisées et mettre en place des infrastructures et équipements adaptés.


Le programme 2016-2021, découlant de la vision nationale pour la structuration de la logistique urbaine, couvre six villes marocaines pour un investissement de 700 millions de DH. Il concerne un ensemble de projets liés notamment à l’organisation de la circulation et du stationnement des véhicules de transport de marchandises en ville, à la structuration des acteurs de la logistique urbaine et à l’optimisation de l’offre en infrastructures de logistique urbaine. Et, en toute logique, c’est à Casablanca que l’AMDL a choisi d’actionner ce plan en collaboration avec les autorités urbaines de la métropole. Elle s’attaque aux aires de stationnement pour les camions de livraison. Selon l’étude réalisée par Valyans Consulting, ces camions ne trouvant pas de places de stationnement, ils optent, dans plus de 80% des cas, pour un stationnement illicite, souvent en 2e position, accentuant ainsi la congestion des voiries urbaines. «Pour y remédier, 400 emplacements de livraison sont prévus à Casablanca dans les zones qui en ont besoin», dévoile Younes Tazi, DG de l’AMDL. Ces aires sont réservées aux camions de livraison et l’arrêt du véhicule ne devrait pas dépasser 30 minutes, durée largement suffisante pour effectuer les livraisons. Elles seront signalées, protégées et soumises à un contrôle pour assurer leur utilisation par qui de droit. «Il faut savoir qu’une bonne partie de ces 400 emplacements sont prévus dans le cadre des travaux de réaménagement de certaines artères (avenue des FAR, Abdelkrim El Khattabi…) ainsi que la deuxième ligne de tramway de Casa Transport», souligne Younes Tazi. Le programme logistique urbaine à Casablanca prévoit la création d’espaces dédiés aux poids lourds incluant parkings sécurisés et services aux conducteurs et aux véhicules (restauration, mosquées et stations-service, entre autres). Un truck center d’une capacité de plus de 600 places dédié aux camions desservant le port de Casablanca sera réalisé par l’Agence nationale des ports (ANP) sur une superficie de près de 10 ha, ce qui permettra de mieux gérer les flux d’entrée et de sortie du port à travers notamment, un système de prise de RDV. D’autres trucks centers périurbains devront être développés sur des superficies de 2 à 5 ha à plusieurs endroits. A terme, l’agence espère implanter un truck center dans chaque zone logistique. Aussi, pour organiser le flux et la circulation des camions dans le périmètre urbain, l’AMDL veut «permettre aux camions de pénétrer la ville via des axes pratiques. Le deuxième objectif est d’installer des créneaux horaires adaptés. Pour ce faire le volet réglementaire doit être revu», lance le DG de l’AMDL. Il faut savoir que les règles de circulation de Casablanca sont régies par un arrêté communal datant de 1963. Pis encore, une grande partie de Casablanca n’est pas couverte par les règles de circulation. «Le nouveau système va même permettre à des camions plus gros de pénétrer dans Casablanca hors heures de pointe», avance M. Tazi. Ce dernier tient à souligner que ce système est conçu et validé par les opérateurs.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Ingénieur parisien, manager chinois

Article suivant

Radios : Premier Bureau Exécutif de la CARTI