Enseignement supérieur

L’Université Privée de Marrakech séduit un deuxième capital investisseur

Le fonds Mediterrània Capital II poursuit ses investissements au Maroc. En effet, ce véhicule d’investissement qui intervient sur tout le Maghreb vient de prendre une participation minoritaire dans KMR Holding Pédagogique, lequel opère dans l’enseignement supérieur aussi bien au Maroc à travers l’Université Privée de Marrakech (UPM) qu’en Afrique de l’Ouest depuis peu. Il rejoint, ainsi, un autre acteur du capital investissement basé à Londres et intervenant sur toute l’Afrique, en l’occurrence Development Partners International LLP, qui avait fait son entrée, il y a presque deux ans, dans le tour de table de KMR Holding Pedagogique.
L’investissement de près de 100 millions de dirhams vient doter la holding créée par Mohamed Kabbaj en 2014 des moyens additionnels pour financer ses projets de développement en dehors du Maroc notamment en Côte d’Ivoire où un déploiement serait imminent et au Sénégal où une filiale a été créée en 2015 et une faculté de médecine acquise dans la foulée. Rappelons que l’UPM a été fondée à partir de l’École supérieure d’informatique appliquée à la gestion (ESIAG) dont la création remonte à 1987. Après 25 ans de développement ininterrompu et de diversification au pas de charge, l’établissement obtient une véritable consécration en étant en 2012 parmi les premiers bénéficiaires au Maroc du titre d’Université privée. Avec plus de 2000 étudiants, cette université privée dispense aujourd’hui près de 60 MBAs, Masters et PhDs dispensés en anglais et en français.
Quant à Mediterrenia capital, il est à son deuxième investissement au Maroc en 2016 après avoir accompagné le leader marocain de l’IT, le groupe Medtech, en lui permettant de financer ses multiples opérations de croissance externe (S2M, Uniforce…).  Rappelons que ce fonds d’investissement a été créé en juillet 2015 avec une taille de 120 millions d’euros (plus de 1,3 milliard de dirhams). Il cible des participations minoritaires dans des PME en Tunisie, en Algérie et au Maroc, avec des tickets allant de 3 à 15 millions d’euros.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

BMCE et la BEI mobilisent 150 millions d’euros pour les PME

Article suivant

Challenge 578