Business

Lydec fait son bilan

Au terme de deux jours de séminaire avec les médias, le onzième du genre, la Lydec fait un état des lieux de 16 ans de prestation. 


L

’édition de cette année du séminaire de Lydec avec les médias, n’est pas comme les précédentes. En effet, celle de 2013 avec les journalistes à El Jadida s’est déroulée dans un contexte particulier. L’entreprise est à mi-parcours dans le contrat qui la lie aux autorités de la ville de Casablanca. L’évènement a coïncidé également avec la première participation de Jean Pascal Darriet, au poste de directeur général il y a juste une année. « Nous avons réalisé en 15 ans ce que Casablanca n’avait pas obtenu jusqu’au moment où Lydec est arrivée aux commandes », dit-il.

En 16 ans, la filiale du groupe français Suez Environnement a investi 13 milliards de dirhams dans la mise à niveau de l’extension des infrastructures qui lui sont confiées (équipements et réseaux d’eau, électricité, assainissement). 2012 aura été l’année des records dans les investissements avec 1,6 milliard de dirhams, soit 22 % de plus que l’année 2011. L’assainissement occupe la première place avec 691 millions de dirhams. Sur ce segment de son activité, la maîtrise de la fuite d’eau a permis d’économiser 33 millions de m3 d’eau en comparaison à l’année 1997.

 

Côté éclairage public où elle a obtenu en 2012 la certification ISO 9001, la Lydec a posé 115 000 points lumineux et plus de 80 000 candélabres. Elle couvre à ce jour un réseau électrique de 3 150 km, avec 3 300 postes de distribution publique. Bien plus, selon Mohamed Machhouri en charge de la direction de l’éclairage public, 145 agents assurent le bon fonctionnement des installations électriques pendant que 10 autres agents, dont la fonction appelée «El Mounir» sont chargés nuit et jour de constater les anomalies sur les voies publiques.

Toujours est-il que le chemin à faire reste très long. Casablanca augmente chaque année de 400 ha. De nouvelles habitations se créent, de nouvelles exigences apparaissent. C’est pourquoi cette onzième rencontre avec les médias a été pour Pascal Darriet l’occasion de parler de la «révision quinquennale en cours du contrat, pour adapter les services aux attentes des clients. A ce propos, la Lydec a décliné sa stratégie pour les années à venir, connue maintenant sous le vocable «synergies 2020». Elle est la réponse aux préoccupations des populations », a affirmé son DG. Et ce dernier d’ajouter que synergies 2020 résulte d’une étude des besoins en interne et en externe, pour rendre la Lydec proche des clients. Les mots d’ordre de l’entreprise semblent désormais être fidélisation, réactivité et proximité.

 
Article précédent

Peugeot 4008 : Polyvalent avant tout

Article suivant

Immobilier : ce qu'attendent les acheteurs des promoteurs