Enquête

Made in Morocco, une appréciation contrastée


Les marocains ne semblent pas très emballés par le « Made in Morocco ». C’est le principal enseignement de l’étude réalisée par l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication (AMMC) sur l’image du produit marocain.

Sur un échantillon de plus de 1000 participants, seuls 40% des marocains interrogés par l’AMMC ont formulé une appréciation positive du « Made in Morocco ». Une grande partie des participants ont en effet une appréciation plutôt neutre ou négative, invoquant «  le manque de stabilité et d’uniformité des produits locaux, le manque d’innovation, l’efficacité du SAV, la valeur réelle des produits et la projection des marques dans le futur », indique l’AMMC dans un communiqué.

Toutefois, deux éléments plutôt positifs pour le Made in Morocco sont venu nuancer le scepticisme vis-à-vis du produit marocain. Le premier concerne les produits issus de l’artisanat qui plaisent toujours autant, puisque 76 % des participants les apprécient pour leur raffinement et leur haute qualité.

D’autre part, pour donner une portée plus régionale à son étude, l’AMMC a procédé à une étude similaire, cette fois auprès de participants issus de pays d’Afrique francophone, soit l’Afrique subsaharienne et le Maghreb, sur la base d’un échantillon de près de 1200 répondants. Le résultat, et c’est là le second nuancier de l’étude de l’AMMC, fait ressortir une appréciation positive de la part de 73% des personnes interrogés, qui trouvent que « les produits labellisés au Maroc sont de bonne qualité et que 75% des entreprises marocains délivrent des services de qualité ».

Pour l’AMMC, les enseignements de l’étude oscillent entre optimisme et urgence, optimisme puisque l’étude confirme « le potentiel des exportations marocaines » en Afrique francophone ; urgence, parce que le Made in Morocco est tout simplement en manque d’attractivité ».  

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Polémique des prix : Ikéa réagit

Article suivant

Tremblement dans le champ politique marocain