Tribune et Débats

Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]

Isabelle Werenfels, senior fellow dans la division Moyen-Orient et Afrique de la StiftungWissenschaftundPolitik (Institut allemand des affaires internationales et de sécurité) basée à Berlin, a récemment publié une courte « étude » intitulée « Rivalités maghrébines sur l’Afrique subsaharienne : l’Algérie et la Tunisie cherchent à suivre les pas du Maroc. » La prétendue « étude » est au mieux un livre blanc, pas même une note politique, bien que certaines de ses parties aspirent à l’être.


Il n’a aucune référence et manque de rigueur scientifique, ne montrant en aucune façon comment ses différentes hypothèses sont justifiées par des faits ou des publications ou des déclarations politiques.

Néanmoins, le document vaut la peine d’être examiné car il donne une idée de la façon dont certains think tanks allemands voient les relations du Maghreb avec les pays subsahariens, car ces opinions éclairent très probablement le processus de prise de décision à Berlin, en particulier à un moment où l’Allemagne aspire à jouer un rôle émergent dans les affaires géostratégiques de la Méditerranée et de l’Afrique.

L’article fournit des comparaisons intéressantes entre les politiques du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie en Afrique subsaharienne, mais avance des hypothèses saugrenues, non fondées et donc des recommandations politiques inutiles. Il déclare que « le Maroc est l’État du Maghreb avec la politique subsaharienne la plus sophistiquée », mais sa « politique subsaharienne a exacerbé les tensions avec l’Algérie et éveillé les ambitions en Tunisie ».

Les tensions entre le Maroc et l’Algérie étaient plus élevées dans le passé, lorsque les relations diplomatiques ont été coupées et que les deux armées se sont affrontées dans le Sahara occidental à la fin des années soixante-dix du 20e siècle. Les tensions sont tendues de nos jours sur le Sahara occidental, mais seulement secondairement sur la stratégie africaine du Maroc.

Lire aussi | Covid. Report des festivités de la Fête du Trône

Il est vrai qu’Alger se méfie des succès du Maroc en Afrique, mais ses dirigeants demeurent confiants, néanmoins, en avançant que l’Algérie pourrait sitôt rattraper son retard, notamment si les prix du pétrole remontent, et si elle pouvait capitaliser sur ses alliances stratégiques avec l’Afrique du Sud, le Nigeria, l’Éthiopie et l’Angola.

La recommandation politique de Isabelle Werenfelsest aussi étrange que la thèse : « L’Union européenne devrait traiter ces tendances comme une opportunité pour l’intégration africaine et la coopération triangulaire UE/Maghreb/Sub-Sahara. Cela pourrait contrecarrer le sentiment d’inutilité croissante de l’Algérie, renforcer l’économie tunisienne, relativiser les ambitions hégémoniques du Maroc et ainsi atténuer la dynamique négative de la rivalité. »

L’auteur n’apporte aucune preuve du sentiment algérien d’inutilité croissante : d’après les déclarations de ses dirigeants politiques, il semble que l’Algérie se considère au cœur des choses africaines, tant sur le plan économique que politique. Le sentiment d’inutilité de la part des Algériens pourrait être une bonne théorie qui pourrait expliquer les attaques de l’ex-ministre des Affaires étrangères (Abdelkader Messahel) contre les succès du Maroc en Afrique le 20 octobre 2017 (Attaques de Messahel contre le Maroc : Le GPBM, la RAM et la CGEM répondent », Le Reporter, 23/10/2017).

Mais le même Messahel a déclaré lors du même événement (le Forum universitaire d’été des chefs d’entreprise algériens), que l’Algérie est une histoire de réussites économiques inégalées en Afrique. Il aurait été utile qu’Isabelle Werenfels ait été assez généreuse intellectuellement et académiquement pour nous dire comment elle est arrivée à cette conclusion, sur quelle base, quelles sources, quels documents ou informations classifiés ou déclassifiés.

Lire aussi | Nasser Bourita : « Le Maroc met au défi Forbidden Stories et Amnesty International de produire la moindre preuve »

La plus absurde de toutes les hypothèses, est « les ambitions hégémoniques du Maroc. » L’auteur mentionne subrepticement « l’hégémonie du Maroc » dans l’introduction, mais n’y revient jamais dans le corps du texte pour en apporter la preuve.

L’hégémonie supposée du Maroc est un thème récurrent dans l’opposition de l’Algérie aux efforts anticoloniaux du Maroc au Sahara occidental. Parce que la France a coupé une grande partie de la région du Sahara oriental du Maroc en 1955 et l’a gardée sous contrôle français, espérant rester en Algérie pour toujours, l’Algérie a toujours peur que le Maroc puisse commencer à revendiquer le Sahara oriental lorsqu’il solidifie sa souveraineté sur le Sahara occidental. D’où sa représentation du désir du Maroc de compléter son intégrité territoriale comme expansionniste ou hégémonique.

L’extrême droite espagnole adhère également à cette théorie, surtout lorsque le Maroc affirme que Ceuta et Melilla sont des villes marocaines occupées par l’Espagne depuis le XVIe siècle. Traiter les efforts anticoloniaux marocains comme « hégémoniques » relève non seulement d’un proto-colonialisme à peine caché, mais d’une logique perverse de renversement des rôles pour que les victimes deviennent des bourreaux.

Parce qu’il s’agit d’une accusation algérienne récurrente et lorsqu’elle est juxtaposée au prétendu sentiment d’inutilité de l’Algérie (une déclaration sentimentale ridicule), il devient clair qu’Isabelle Werenfels est trop sensible aux points de vue d’Alger.

Il n’y a rien de mal ou de péché à être pro-algérien ou à avoir un faible pour les choses algériennes ( la bannière de titre Twitter d’Isabelle Werenfels : « Fonctionne sur le #Maghreb @SWP_MEA. A un faible pour l’Algérie) mais les normes académiques et les standards savants, tous deux très bien ancrés dans une longue tradition allemande de recherche rigoureuse, doivent être observés lors de déclarations de cette nature, surtout quand on sait qu’elles pourraient influencer les décideurs.

Comme je l’ai dit plus haut, en l’absence de références et de faits, le document n’est qu’un livre blanc de travail qui ne mérite pas d’être publié par une organisation sérieuse comme la StiftungWissenschaftundPolitik. Les journaux marocains l’ont qualifié, en plaisantant, d « appel au Maroc à arrêter sa politique africaine pour que l’Algérie le rattrape ». Je l’appellerais « un appel désespéré d’un auteur pro-algérien à l’UE pour empêcher le Maroc de devancer ses voisins dans sa politique africaine. » Un appel bizarre, certes. Mais que ne pouvez-vous pas faire pour vos points faibles, même lorsque vous êtes un chercheur !

Lire aussi | Pegasus, une autre réplique au séisme de l’accord Maroc-USA-Israël

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Covid. Report des festivités de la Fête du Trône

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 5494 nouveaux cas, 575.162 au total, samedi 24 juillet 2021 à 16 heures