Portrait

Manager, sportif de mer, pêcheur

Il n’a pas trente ans, mais est déjà cofondateur d’un distributeur d’accessoires pour téléphones mobiles copié par les plus grands. Après ses études en finances, ce jeune marocain est entré dans le monde des affaires, et lance une marque européenne de téléphone mobile, Innjoo.


C’est un parcours classique d’entrepreneur à la marocaine. Amine Benlamlih est de ceux qui ont suivi les chemins «sûrs», sans embûches, qui mènent à la réussite. Son enfance au «grand air», dans la province et pourtant déjà une grande ville, à El Jadida pour être précis. Il en a gardé un physique d’athlète et une chevelure mi-longue de «fils de bonne famille». C’est une enfance insouciante, loin des tracas de Casablanca, en bord de mer, bercé par le flot des vagues. Le climat est agréable, en hiver comme en été, et la cité balnéaire où les Marrakchis viennent l’été, se déverser, fuyant la chaleur torride estivale de la ville ocre. Amine, lui, grandit en fils de la mer, proche de la nature, entre journées de pêche et sports de glisse.
Il est né en 1987, à El Jadida justement. La naissance du dernier né des 5 enfants d’un couple de fonctionnaires est une surprise pour ses parents. «J’ai 20 ans d’écart avec ma plus «grande» soeur et 10 avec la plus jeune,» explique-t-il. Mais cette enfance en bord de mer trouvera sa fin en 1996: «mon père a été muté à Casablanca. C’est là où j’ai réellement grandi. J’y avais mes cousins et le reste de ma famille», développe-t-il. Amine grandit donc au milieu de ces derniers, sa fratrie ayant déjà quitté la maison pour étudier.
Prémonitoire ce lien familial, puisque quelques années plus tard, c’est avec un cousin justement qu’il fonde son entreprise. Retour en arrière, Amine grandit à Casablanca, scolarisé au Lycée Lyautey, il passe de classe en classe avec quelques accrocs. L’été, Amine passe ses vacances avec sa famille en Espagne.

Monter en France pour les études
Au lycée, il fera cependant quelques voyages de pêche au Loup Bar. En canot, il passe des heures avec une ligne à la traîne de son bateau pour capturer des poissons. Dans l’air marin, le jeune homme, avec un physique de «jeune premier» en jean et baskets, a le visage qui s’ «illumine» lorsqu’il parle de sa passion. Le surf est une autre passion. Comme beaucoup, il s’est déjà initié au Bodyboard, et les sports de glisse sont à la mode depuis quelques années.
Arrive 2007, Amine a déjà occupé des fonctions de responsabilité pour un jeune lycéen, à savoir «super délégué» de l’établissement. Le bac en poche, il s’envole pour Lille, en plein Nord de la France, près de la Belgique. Amine entame des études d’ingénieur en télécommunications, avant de s’orienter vers des études de commerce, plus proches de ses ambitions. Il reste proche de la nature et s’initie à la chasse entre la Belgique, et les forêts lilloises. Dans son récit, il multiplie les pointes d’humour de jeune homme «bien dans sa peau», et rigolard.
Les années passent, et il développe le champ de ses compétences. Amine a 25 ans lorsqu’il entre dans la vie active. Un premier stage l’initie à la gestion de patrimoine, avant d’entrer dans le monde des télécommunications. Il travaille alors pour SFR, et descend à Paris, où en parallèle, il prépare un Master en ingéniérie Financière. Commence alors un nouveau chapitre de sa vie. A la fin de son cycle d’études, Amine a une proposition en or, celle de se lancer dans les affaires, avec un cousin. Ce sera le début de International Communication Development (ICD).

Début dans les affaires
De retour au Maroc, le business démarre fort. Ils commercialisent des accessoires pour téléphones mobiles. D’abord des sous marques de Louis Vuitton, puis leur portefeuille se développe à une dizaine de marques. La vie s’annonce facile et ils développent leur achalandage dans les stations services. Il faut croire que la recette prend, puisqu’ils seront suivis par d’autres géants de l’électronique grand public. L’entreprise prend en taille et se développe. Après les accessoires, Amine a une nouvelle idée: surfer sur l’expansion de la marque américaine Apple au Maroc. L’entreprise prend alors un nouveau tournant et devient revendeur de matériel de la marque à la Pomme.
Au sein de l’entreprise, Amine occupe des fonctions de directeur général adjoint, en charge du commercial, la cheville ouvrière de la vente.
Sur le plan personnel, Amine reste fidèle à ses passions de sports de glisse, de pêche et de nature et parcourt le Maroc de long en large. Les spots de surfs sont ses lieux de villégiature, loin de la pollution, et où l’on se sent mieux respirer.
Depuis, Amine continue l’expansion de ses affaires. Cette fois-ci, avec une nouvelle marque de téléphonie mobile au Maroc, Innjoo. Là encore, Amine capitalise sur son expérience, cette fois pour devenir distributeur exclusif d’une marque au Maroc. Cette fois, il doit piloter le déploiement de la marque sur le territoire marocain. Un Challenge, puisque le marché est déjà très compétitif entre les marques américaines, coréennes et chinoises qui mènent une bataille des prix tambour battant. La marque européenne de milieu de gamme propose des appareils performants, sur Androïde, avec un «bon rapport qualité/prix». Et tout cela pour le meilleur.

BIO EXPRESS

1987: naissance à El Jadida
2006: Bac S au Lycée Lyautey
2011: Bachelor de ISEG Lille
2012: Master ISEG et St Jones College  (New-York)
2013: MBA ISEG Paris co-fonde International  Communication Development
2016: lance Innjoo au Maroc

 
Article précédent

Alliances reprend du poil de la bête

Article suivant

La Bourse de Casablanca s'allie à Maroc PME